Les chiens de garde contre Jacques Cheminade

Publié le par Charlotte sceptix

Publié dans Les chiens de garde

Commenter cet article

mensongeophobe 25/03/2012 04:14


Mais quel mépris !


Puant !


Quelle insulte envers les téléspectateurs !


Toutes les ficelles de la mauvaise foi du journalisme sont utilisées :


du grand professionalisme ... d'enfoiré


 


Comment se fait-il qu'un journaliste, dès qu'il travaille pour un patron marchand d'argent ou marchand d'armes, adopte régulièrement une attitude aussi abjecte envers Mr Cheminade ??


Serait-il si dangereux, et pour qui, de permettre aux rats devant leur TV, et à l'humanité en général, de percevoir que ses conceptions moquées sont sérieuses, voire urgentes ?


Ce lynchage est fait si ostensiblement que d'ici quelques années nous auront tous honte d'avoir laissé exister ces ramassis de vomis sans réagir.


Vous connaissez la métaphore de la grenouille chauffant dans une casserole ...


Lorsque masques et vernis se dissiperont, ce reportage sera une pièce à conviction pour déterminer qui, à cette époque, était du côté des collabos !


 


En réponse à tous ceux qui ont capitulé devant la pensée, si vous êtes doté d'un coeur et d'un cerveau, allez consulter le magnifique texte de Fr Schiller que Cheminade apporte en réponse à ces
médiocres  : grandiose et requinquant !!


Vous le trouverez à la fin du texte explicitant les rapports Cheminade - Lyndon et HelgaZepp- Larouche, au bas de la vidéo sur les chiens de garde, sur son site de campagne.


A bon entendeur, salut


 

Charlotte sceptix 27/03/2012 01:07



Merci Mensongeophobe, tu as tout dit !



dot 24/03/2012 14:18


Ce doit etre la nouvelle école journalistique, comme pour les managers, on insulte et on met la pression, on méprise pour se sentir exister...? (Psychologie du dimanche). F. Asselineau est sans
doute plus coriace, plus plausible et surtout plus expérimenté de la fange politique que les autres outsiders.


Tiens je ne vais pas voter et lire ma pile de livres, profiter du soleil, plein le Q du cirque des pourris, les étrons qui surnagent dans la cuvette à tronche de fion ou de hyène. Ouvrons les
fenêtres, faisons entrer l'air pur, le chant des oiseaux, les fleurs et les papillons !!

Roland 24/03/2012 14:05


si on n'avait pas encore compris qu'on n'est plus en démocratie !


Que notre système, sur le papier aussi démocratique que l'URSS (rappellons que sur le papier c'était démocratique l'URSS, même que sa constitution vous accorrdait toutes les libertés qu'on
pouvait souhaiter ! sur le papier) est dans la réalité aussi peu démocratiquie que cette même URSS; avec chacun ses méthodes pour vous nier dans la pratique ce qu'ils se sentent obligés
d'accorder sur le papier.


C'est pour ça aussi que le black out sur Asselineau c'était pas un hasard, contrairement à ce que certains ont bien voulu croire, ce n'est pas parce qu'il était nouveau.

dot 24/03/2012 11:05


Ce n'est plus une interview mais un interrogatoire ! C'est l'halali le pauvre Mr. Cheminade, quelle morve quel mépris de la part des morveux prestituées. C'est insupportable à écouter.