Montée du danger d'une guerre commerciale américano-chinoise

Publié le par sceptix

WSWS 


Par Peter Symonds
11 octobre 2010


Le vote de la Chambre des représentants américains, obtenu à une large majorité, en faveur d'une loi ouvrant la porte à des sanctions tarifaires contre la Chine pour contrer sa politique monétaire est un pas risqué vers la guerre commerciale. Cette loi, visant tout pays dont la monnaie sera considérée comme « fondamentalement sous-évaluée, » répond à des demandes de plus en plus stridentes venant de l'establishment politique américain, en particulier de son aile prétendument libérale, de mesures commerciales fortes contre la Chine.

Dans un commentaire intitulé « s'en prendre à la Chine » dans le New York Times de jeudi, l'économiste Paul Krugman a refusé de prendre en considération les « signes d'une guerre commerciale et de perturbations économiques mondiales » et défendu des mesures encore plus fortes. « La diplomatie sur la monnaie chinoise n'a abouti à rien, et continuera à n'aboutir à rien tant qu'elle ne sera pas soutenue par la menace d'une sanction, » écrit-il. « Toutes les discussions sur la guerre commerciale sont sans fondement et, de toute façon, il y a des choses pires qu'un conflit commercial. En cette période de chômage, rendue encore pire par la politique monétaire prédatrice de la Chine, cette possibilité devrait figurer tout en bas de notre liste de sujets d'inquiétude. »

Ce message était renforcé par un éditorial dans le même numéro demandant au gouvernement Obama d'accentuer la pression sur la Chine en lançant « une grande contestation contre les pratiques commerciales illégales de la Chine » à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et en encourageant d'autres pays à faire de même. « Cette stratégie comporte également un risque de représailles », admet le New York Times, « mais les États-Unis ne doivent pas être paralysés, et agir avec d'autres devrait réduire ce risque. »

Ces arguments s'appuient sur la présomption que la pression américaine forcera la Chine à faire marche arrière. Mais en dépit d'une forte croissance économique, le régime chinois est très préoccupé par l'instabilité économique et sociale. Répondant aux lois américaines, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinois, Jiang Yu a prévenu que : « Encourager le protectionnisme contre la Chine sur la base du taux de change endommagera sévèrement les liens commerciaux et économiques sino-américains et cela aura un effet négatif sur les deux économies et sur l'économie mondiale. »

Exposant les craintes chinoises sous-jacentes, le Premier ministre chinois Wen Jiabao a déclaré aux dirigeants américains la semaine dernière : « Si le renminbi [yuan] augmente de 20 pour cent à 40 pour cent selon la requête du gouvernement américain, nous ne savons pas combien de compagnies chinoises seront en faillite et combien de travailleurs chinois seront licenciés et combien de travailleurs ruraux retourneront chez eux. Il y aura des turbulences majeures dans la société chinoise. » Risquant des troubles sociaux, il est probable que la Chine va engager des représailles.

Les conséquences de l'escalade d'un conflit commercial mondial sont bien connues. Écrivant dans le Washington Post lundi, Robert Samuelson a ouvertement défendu la guerre commerciale comme moyen de s'assurer une suprématie économique continue des États-Unis. « Aucune personne familière avec la taxe Smoot-Hawley des années 1930 ne devrait se réjouir de la perspective d'une guerre commerciale avec la Chine, mais il semble que ce soit ce vers quoi l'Amérique se dirige et c'est probablement ce vers quoi elle devrait se diriger, » écrit-il.

« Bien que la taxe Smoot-Hawley n'ait pas été la cause de la Grande Dépression, elle a contribué à l'aggraver en provoquant une riposte de grande ampleur. S'opposer aux subventions à l'exportation chinoises risque d'entraîner un cycle similaire où les adversaires se rendront coup pour coup, alors que la reprise économique est faible. C'est un risque que, malheureusement, l'Amérique doit prendre. »

Samuelson a critiqué la Chine pour « n'avoir jamais réellement accepté les règles de base qui régissent l'économie mondiale » et pour vouloir « un système de commerce subordonné à ses besoins. » Mais les États-Unis, bien sûr, cherchent à conserver leur propre position dominante et à façonner le système commercial pour qu'il corresponde à ses besoins économiques. Comme Pékin l'a indiqué, la récente législation américaine qui veut pénaliser la Chine pour une raison monétaire n'est pas compatible avec les règles de l'OMC.

L'article de Samuelson renverse un dogme économique fondamental du libéralisme de l'Amérique d'après-guerre : celui qui dit qu'il ne devrait jamais y avoir de retour à la politique consistant à nuire à son voisin (« beggar-thy-neighbour ») introduite par la loi Smoot-Hawley. Cependant, les institutions d'après-guerre conçues pour empêcher ce retour, s'appuyaient sur la prédominance économique des États-Unis et se sont effondrées depuis longtemps. Dans la pire crise économique depuis les années 1930, la tendance aux sanctions commerciales revient.

Dans sa conclusion, Samuelson affirme que la guerre économique représente un moindre mal comparé à une acceptation de la domination chinoise. « La collision se fait entre deux conceptions de l'ordre mondial, » déclare-t-il. « En tant que principal architecte et gardien de l'ancien ordre, les États-Unis sont face à un choix terrifiant : résister aux ambitions chinoises et risquer une guerre commerciale où tout le monde perd, ou ne rien faire et laisser la Chine réorganiser le système commercial. La première option serait dangereuse ; la seconde potentiellement désastreuse. »

Samuelson aurait peut-être dû intituler son article, « une modeste proposition pour la guerre mondiale. » Le passage de la loi Smoot-Hawley avait entraîné un foisonnement de barrières tarifaires en représailles par les autres pays, une baisse catastrophique du commerce mondial, qui baissa de 40 pour cent entre 1929 et 1933, et l'émergence de blocs monétaires antagonistes. Le corollaire de la guerre commerciale avait été le réarmement, et l'escalade des rivalités et des conflits en Asie et en Europe qui culminèrent avec l'éclatement de la seconde Guerre mondiale en 1939.

Les exigences de Washington concernant le Yuan chinois trouvent déjà leur parallèle dans les actions agressives récentes du gouvernement Obama pour saper l'influence chinoise en consolidant les alliances militaires avec la Corée du Sud et le Japon en Asie du Nord-Est, et en soutenant les nations d'Asie du Sud Est dans leurs disputes territoriales avec la Chine en Mer de Chine du Sud. En tant que puissance économique en déclin, l'impérialisme américain exploite sans vergogne sa force militaire résiduelle pour contrer ses rivaux. Les États-Unis mènent déjà deux guerres en Irak et en Afghanistan – pour garantir sa domination sur les régions d'Asie centrale et du Moyen-Orient vitales par leur richesse en ressources naturelles.

La classe ouvrière internationale est la seule force qui puisse empêcher la plongée vers une guerre catastrophique. Les travailleurs américains et chinois doivent rejeter le poison politique du nationalisme et du protectionnisme qui les soumet à la classe dirigeante de chaque pays. Ils ont un intérêt de classe commun avec les travailleurs des autres pays à renverser le système de profit exploiteur et oppresseur, et à façonner une nouvelle économie mondiale selon des principes socialistes pour répondre aux besoins de l'humanité dans son ensemble, et non les profits d'une petite élite. C'est pour cette perspective que lutte le mouvement trotskyste international le Comité international de la Quatrième Internationale et ses sections de par le monde.

(Article original paru le 2 octobre 2010)

Publié dans Révolutions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article