Obama de Pharsale aux plages de Péluse

Publié le par sceptix

 

par denissto le mer, 02/02/2011 - 00:00

 

Guerre mondiale en vue?

Sic Transit Gloria Mundi

la presse légumifiée, n'a pour le moment pas un géopolitologue capable d'expliquer les forces en présence et surtout les finalités de la révolte en cours dans les pays arabes. A force de se vautrer dans la pensée unique, de fermer les yeux tout le temps, on finit par ne plus rien voir du tout.

La démocratie universelle a des pieds d'argile.

A force de satisfaire tous les "Égos" de ses sherpas, tous les vices de ceux qui les financent, les féroces appétits des lobbies et cartels qui l'utilisent, les illuminées qui espèrent la contrôler, les fanatiques qui s'imaginent que cette utopie peut servir d'écran a leurs sombres projets..............se trouvera t il encore un Diogène de Sinope pour exalter avec cynisme un tel cloaque?

La démocratie n'a jamais existé, et certainement pas dans un quelconque pays arabe ou d'Afrique. Même en occident elle est bananière! Les républiques, la démocratie, les élections, sont a la liberté et aux droits de l'homme ce qu'est l'épaisseur du fard sur les vieilles gourgandines...

La démocratie n'est que le marchepied du nouvel ordre mondial, autre utopie déjà morte avant d'exister qui n'a jamais eu d'autre but que de transformer le monde en "SARL" d'un nouveau genre, vu qu'elle est en fait a irresponsabilités illimitées.

Les marchés financiers, tout à la joie de cette adjudication de chair humaine, où l'avenir appartiendra a ceux qui auront assez d'argent pour s'acheter les esclaves du mondialisme ne peuvent s'empêcher de battre des records. à l'encan, via moult produits obligataires, ou autres sociétés et cartels à dividendes juteux.......; ces montagnes de liquidités créés ex nihilo au seul profit des bourses n'est que le sinistre appeau de ceux qui s'imaginent que la fortune ne donne que des droits.............fussent ils iniques.

La crise tunisienne n'aura jamais été que la prolongation de cette stratégie du profit. Les récentes découvertes prometteuses en gaz et pétrole n'ont fait qu'accélérer la chute du potentat local. Oublieux du fait qu'il n'avait été mis en place qu'aux bon soins de la CIA, il a osé essayer de vendre ses ressources énergétiques aux russes et aux chinois; pitoyable Tartarin dont la fortune indécente n'a jamais interpellé les chantres de la démocratie occidentale! L'aigle américain, maitre de guerre, assoiffé du contrôle de l'énergie, qui a déjà couté deux guerres mondiales a l'humanité, ne pouvait faire autre chose que d'embarquer prestement ce clown dans leur avion, pour tenter de lui substituer son clone préparé a l'avance par leurs bons soins...........l'avenir dira si le stratagème a réussi. Il a été facile d'embarquer l'humanité à la chasse au fantôme de l'agent de la CIA Ben Laden, de crier Hannibal est à nos portes, mais à trop crier "au loup" ...

n'est pas Rome qui veut !

Il ne suffit pas d'arborer l'aigle sur ses étendards pour terrasser Carthage.
Dans une telle décadence, rares sont les fils meilleurs que leurs pères.......
Que celui qui a des yeux pour voir, regarde.

Obama veut niquer Cléopâtre ?

La saillie est rugueuse, mais ceux qui me connaisse me pardonneront cette métaphore à la mode d'aujourd'hui.

La crise égyptienne n'a strictement rien à voir avec la crise tunisienne, n'en déplaise aux crétins qui s'imaginent encore qu'il puisse exister une révolution populaire spontanée. Le monde et ses illusions sont la proie depuis moult décades de maitres invisibles, tous ces chantres du vice, qui ne servent que leurs plus bas instincts sans comprendre le maitre qu'ils servent. Mr Obama n'échappe pas à cet apophtegme, pitoyable laquais des cartels bancaires, de l'énergie......et de mille autres qu'il doit satisfaire, faute de retrouver ses financements électoraux. S'il est facile d'endormir les occidentaux décérébrés a la sauce tittytainment, il est bien plus dangereux de faire et défaire les maitres de l'Égypte. Rome en fit les frais de la même manière; en chassant Bérénice au profit de Ptolémée, elle mit au pouvoir le pire tyran de son temps. Mr Obama ferait bien de méditer de son Capitole, comme jadis Pompée, les routes qui mènent de Pharsale aux plages de Péluse..............

D'aucuns s'imaginaient depuis quelques décades, qu'ils pourraient indéfiniment user la corde facile que leur pacte avec le diable rendait invincible.....a trop jouer avec le Malin, on s'imagine malin. Le soutien indéfectible des américains à Israël vient de sombrer en un instant; Sharon se plaisait a dire que les américains feraient toujours ce qu'il convient a Israël......

http://fr.answers.yahoo.com/question/in ... 850AAQYzkE

La troisième guerre mondiale est inscrite dans le marbre par tous les aurispices modernes; tout comme les sibylles au temps de Rome éclairaient les décisions des Césars, mais en ces temps-là , ils étaient écoutés. Aujourd'hui les Césars se prennent pour Dieu! et le moindre de leurs sujets est sûr de sa divinité..............alors imaginez leurs experts , analystes, journalistes, ministres, etc...

La crise Égyptienne

Qui peut dire quand un grand évènement ouvrira la boite de pandore? ... juste l'avenir et un peu d'humilité !
mais l'humilité fait partie de ces vertus honnies, dans ces temps où le vice triomphe.Les potentats démonocratiquement élus s'imaginent maitre du jeu dans un casino ou le croupier s'appelle Lucifer, vous leur confiez votre vie et vos biens, car ils vous promettent de gagner..........rien ne va plus, faites vos jeux.mais entre le meilleur et le pire la marge est étroite, comme celle qui sépare the best and the beast................

Les augures prédisent depuis fort longtemps une guerre meurtrière, quand seront réveillés les 200 millions de guerrier de l'Euphrate:

"Le sixième ange fit sonner sa trompette : j'entendis une voix venant des cornes de l'autel d'or, qui se trouve devant Dieu. Elle disait au sixième ange qui tenait la trompette : libère les 4 anges qui sont enchaînés sur le grand fleuve Euphrate. On libére les quatre anges qui se tenaient prêts pour l'heure, le jour, le mois et l'année où ils devaient mettre à mort le tiers des hommes."

Apocalypse 9 : 13-14-15.

Israël est dans la confusion, dans cette crise; Messieurs les grands penseurs, a vos plumes, comme le diable tient les jetons, comptez ceux qui vous restent comme autant de jours de paix.

Israël à la défense de Moubarak - Nétanyahou dit craindre un nouvel Iran
Ce serait la faute de Barack Obama, disent les commentateurs

Jérusalem — La chute éventuelle du président égyptien, Hosni Moubarak, ferait perdre à Israël un de ses rares amis dans la région et la faute en incomberait en grande partie au président américain, Barack Obama, estimaient hier nombre de commentateurs israéliens.

Ces derniers se montrent outrés de la façon dont les États-Unis, tout comme d'ailleurs les principales puissances européennes, semblent prêts à lâcher celui qui fut durant trois décennies leur allié stratégique au Proche-Orient pour complaire aux «masses arabes».

Le premier ministre israélien, Benjamin Nétanyahou, a exprimé hier son inquiétude devant l'évolution de la situation, disant craindre que la révolte en Égypte ne débouche sur le même résultat que la révolution islamique en 1979 en Iran. Mais il a exigé de ses ministres qu'ils ne fassent aucun commentaire public sur la situation politique délicate dans laquelle se trouve le pouvoir égyptien, afin de ne pas envenimer une situation déjà explosive.

Respect pour Moubarak

N'étant pas ministre, le président Shimon Peres a tenu à exprimer «son grand respect» pour Moubarak, ajoutant, sous forme d'éloge funèbre: «Je ne dis pas que tout ce qu'il a fait était bien, mais il a fait une chose dont nous devons tous le remercier: il a maintenu la paix au Moyen-Orient.»

Ne s'estimant tenu ni au mutisme ni à la diplomatie, le commentateur du Maariv Aviad Pohoryles met directement en cause l'administration américaine dans un article incendiaire, sous le titre «La balle dans le dos de l'Oncle Sam».

Il accuse le président Obama et sa secrétaire d'État, Hillary Clinton, qui ont appelé dimanche à «une transition ordonnée» vers la démocratie en Égypte, de mener une politique naïve, suffisante et bornée sans se soucier de ses conséquences.

Qui les conseille donc, demande-t-il, «pour qu'ils alimentent ainsi la rage de la populace dans les rues d'Égypte et exigent la tête d'une personne qui était cinq minutes plus tôt l'audacieux allié du président» et «presque la seule voix de la raison au Proche-Orient»?

«La diplomatie politiquement correcte des présidents américains à travers les générations», poursuit-il, «est affreusement naïve».

Durant le week-end, Nétanyahou a donné pour instruction aux ambassadeurs d'Israël dans une douzaine de capitales importantes de faire chacun valoir à leur pays hôte que la stabilité de l'Égypte était primordiale, a-t-on appris de source autorisée.

«La Jordanie et l'Arabie saoudite regardent les réactions en Occident et comment tout le monde abandonne Moubarak. Cela aura des implications très sérieuses», a déclaré un responsable au journal de centre gauche Haaretz.

«La question qu'on doit se poser c'est de savoir si Obama est fiable ou non. À l'heure actuelle, il ne le paraît pas. C'est une question qui résonne dans toute la région, pas seulement en Israël», déclare un autre responsable.

Dans Haaretz, le commentateur Ari Shavit affirme aussi que le président américain, pour se gagner l'opinion arabe, a trahi «un président égyptien modéré qui était resté loyal envers les États-Unis, avait favorisé la stabilité et encouragé la modération» au Proche-Orient.

«À travers l'Asie, l'Afrique et l'Amérique du Sud, les dirigeants observent ce qui se passe entre Washington et le Caire», poursuit Shavit, en estimant qu'Obama a risqué le statut des États-Unis en tant que grande puissance et allié fiable.
source: Agence Reuters 1 février 2011 Actualités internationales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article