Qui veut détruire la Grèce ? par Míkis Theodorákis*

Publié le par sceptix

Le compositeur et ancien ministre grec Míkis Theodorákis ne croit pas que son pays soit responsable du malheur financier qui l’accable. Il décèle derrière cette crise la main de Washington et dénonce le rôle du FMI.


JPEG - 13.4 ko
Míkis Theodorákis

Avec le sens commun dont je dispose, je ne peux pas expliquer et encore moins justifier la vitesse à laquelle notre pays a dégringolé à partir de 2009, au point de faire appel au FMI, perdant ainsi une partie de sa souveraineté nationale et passant à un régime de tutelle. Et il est curieux que personne jusqu’à présent ne soit occupé du plus simple, c’est-à-dire de notre parcours économique avec chiffres et documents, de manière à ce que, nous ignorants, comprenions les causes réelles de cette évolution vertigineuse et sans précédent, qui a comme résultat la perte de notre identité nationale accompagnée de l’humiliation internationale.

J’entends parler d’une dette de 360 milliards, alors qu’en même temps je vois les mêmes dettes, voire de plus grandes, dans de nombreux autres pays. Par conséquent, celle-là ne peut pas être la cause essentielle du malheur. Ce qui me pose problème également, c’est l’exagération des coups internationaux dont notre pays est la cible, d’une telle coordination quasi-parfaite contre un pays d’une économie insignifiante, ce qui finit par être suspect. Ainsi suis-je conduit à la conclusion que quelques uns nous ont culpabilisé et nous ont fait peur, de manière à nous conduire au FMI, qui constitue un facteur essentiel dans la politique expansionniste des Etats-Unis et tout le reste concernant la solidarité européenne est de la poudre aux yeux, pour cacher qu’il s’agit d’une initiative purement états-unienne, pour nous jeter dans une crise économique artificielle, de manière à ce que notre peuple ait peur, qu’il s’apprivoise, qu’il perde des conquêtes précieuses et enfin qu’il se mette à genoux, une fois acceptée la domination étrangère. Mais pourquoi ? Pour servir quels plans et quels objectifs ?

Bien que j’aie été et reste partisan de l’amitié gréco-turque, néanmoins je dois dire que je crains ce renforcement soudain des relations gouvernementales, et les contacts précipités entre ministres et autres acteurs, les déplacements récents à Chypre et la prochaine visite d’Erdogan. Je soupçonne que derrière tout ça se cache la politique états-unienne avec ses projets suspects, qui concernent notre espace géographique, l’existence de gisements sous-marins, le régime de Chypre, la mer Egée, nos voisins du nord et l’attitude arrogante de la Turquie, le seul obstacle étant la méfiance et l’opposition du peuple grec.

Tous, autour de nous, peu ou prou, sont attachés au char des Etats-Unis. La seule différence c’est nous, qui depuis la dictature de la Junte et la perte de 40% de Chypre jusqu’aux embarrassantes polémiques avec Skopje (Ancienne République Yougoslave de Macédoine) et les ultra nationalistes Albanais, nous recevons des coups sans prendre conscience.

Il faudrait ainsi que nous soyons éliminés en tant que peuple et c’est ce qui arrive exactement aujourd’hui. J’appelle les économistes, les politiciens, les analystes, à me démentir. Je crois qu’il n’existe pas d’autre explication logique en dépit du complot international, auquel ont participé les européens pro-US du type Merkel, la Banque Européenne, la presse réactionnaire internationale, tous ensemble ont participé au ” grand coup ” de la dévalorisation d’un peuple libre à un peuple soumis. Tout au moins, je ne peux donner aucune autre explication. Je reconnais que je n’ai pas de connaissances spécifiques mais ce que je dis, je le dis avec mon sens commun. Peut-être beaucoup d’autres pensent comme moi et nous le verrons peut-être les jours à venir.

En tout cas, je voudrais préparer l’opinion publique et souligner que si mon analyse est juste, alors la crise économique (laquelle, comme je le dis, nous a été imposée) n’est que le premier verre amer d’un repas de Lucullus qui suivra et que cette fois-ci viendront aussi des questions nationales cruciales, dont je ne veux pas imaginer où elles nous conduiront.

Je souhaite avoir tort.

 Míkis Theodorákis

Compositeur et homme politique grec.

 


Voltairenet.org
Réseau de presse non-alignée

 

 

ici




lIRE AUSSI /

Enquête primée par Project Censored
Devenez supplétifs du FBI, obtenez le droit de « tirer pour tuer »


par Matthew Rothschild | 4 mai 2010  Le FBI a enrôlé les employés de grandes sociétés, non seulement comme informateurs sur leurs clients, mais comme supplétifs pour le maintien de l’ordre en situation de loi martiale. Ce statut implique le droit de « tirer pour tuer ». Ce dispositif, créé durant l’ère Clinton, a été développé par George W. Bush lorsqu’il a institué le département de Sécurité de la Patrie durant sa « guerre à la terreur », et prorogé par Barack Obama.
Le Kirghizistan et la bataille pour l’Asie centrale

par Rick Rozoff | 2 mai 2010  Un soulèvement au Kirghizistan a renversé le président Kourmanbek Bakiev, permettant à des forces d’opposition de prendre le pouvoir. Néanmoins, ces violents changements politiques sont en grande partie le résultat de pressions, d’influences et autres actions secrètes menées par les Etats-Unis dans la région, et dont l’objectif est de conserver leur base militaire dans la pays — comme base arrière nécessaire à leur opérations militaires en Afganistan —, et représente une façon d’avoir un contrôle sur la Chine et la (...)
Le prétexte climatique 3/3
1997-2010 : L’écologie financière

par Thierry Meyssan | 26 avril 2010  Après avoir servi à Henry Kissinger et à Margaret Thatcher, la rhétorique environnementale a été récupérée par Al Gore. Il ne s’agit plus de détourner l’attention des guerres de l’Empire US, ni de restaurer la grandeur de l’Empire britannique, mais de sauver le capitalisme anglo-saxon. Dans ce troisième et dernier volet de son étude sur le discours écologiste, Thierry Meyssan analyse la dramaturgie préparatoire du sommet de la Terre de 2012 et la rébellion de (...)
En bref
Un journaliste d’Haaretz restitue des documents confidentiels à Tsahal

 Uri Blau, journaliste au quotidien de gauche israélien Haaretz, actuellement en exil à Londres, négocie son retour en Israël et la libération de sa collègue Anat Kamm. En novembre (...)

La Turquie lance une télévision satellitaire en arabe

 La Turquie a lancé une nouvelle chaine de télévision par satellite en langue arabe, At Turkiyya. La Chine (CCTV), les Etats-Unis (Alhurra), la France (France 24), l’Iran (...)

Hatoyama renonce à déplacer la base militaire US d’Okinawa

 Le Premier ministre japonais, Yukio Hatoyama, a annoncé à ses compatriote qu’il ne pourrait pas déplacer la base militaire US de Futenma, contrairement à sa principale promesse de (...)
« Horizons et débats » en PDF
« Horizons et débats », 10e année, n° 17, 3 mai 2010
L’indépendance suisse, de la Seconde Guerre mondiale à aujourd’hui

3 mai 2010  Un peuple conscient de sa valeur ne se laisse pas facilement asservir. A propos des véritables raisons des attaques contre la Suisse et son histoire à la lumière de la biographie du général Guisan de Markus Somm, par Tobias Salander / « Mettre fin à l’ère nucléaire ! », par Jakob Kellenberger / La notion française de la souveraineté au regard de la construction européenne, par Alain Bournazel / Les Etats-Unis à la veille de la faillite / La Chine conquiert le cosmos / Comment la guerre porte atteinte au droit. Rappeler les fondements éthiques et en tirer les conséquences politiques, par Karl Müller / Troisième Guerre de l’opium, par Volker Bräutigam / Le courage (...)
« Horizons et débats », 10e année, n° 16, 26 avril 2010
La politique extérieure de la Suisse

26 avril 2010  Quels objectifs pour la Suisse ? A propos du « Rapport sur la politique extérieure » du Conseil fédéral, par Marianne Wüthrich / Réarmement nucléaire après le Sommet de Washington : « Premièrement l’Iran n’est pas une puissance nucléaire. Deuxièmement, jusqu’ici l’Iran veut enrichir de l’uranium et c’est tout. Tout le reste n’est que suppositions », interview d’Albert A. Stahel / La campagne contre l’Iran et le droit international, par Karl Müller / Des lois sont nécessaires dans le secteur bancaire Comment 50 milliards de dollars ont disparu des bilans d’une banque privée / Succès partiel pour une révision du Plan loup Faut-il faire des réserves à propos de la Convention de (...)
Fil diplomatique
Intervention de Micheline Calmy-Rey à la conférence de suivi du TNP

 Monsieur le President, Quarante ans après son entrée en vigueur, le TNP se retrouve a la croisée des chemins. Après plusieurs années de blocage, et de régressions, nous avons (...)

Message du président Obama au Congrès prorogeant l’urgence nationale face à la Syrie

 AU CONGRES DES ETATS-UNIS : La Section 202 (d) de la loi d’urgence nationale, 50 U.S.C. 1622 (d), prévoit la cessation automatique d’un cas d’urgence nationale, à moins que, (...)

Discours de Guido Westerwelle à l’université de Bonn

 L’Allemagne dans l’Europe, un état des lieux Mesdames, Messieurs, Je vous remercie vivement de votre invitation et de votre aimable accueil dans cette université qui a été mon (...)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article