Sarkozy et Internet: Entre farce et dogmatisme inquiétant

Publié le par sceptix

http://www.laquadrature.net/files/un_album_de_chansons_anti-hadopi_page10_250px.jpg

Paris, le 8 janvier 2010 – Nicolas Sarkozy vient d'annoncer qu'il mettrait en œuvre certaines préconisations du rapport qu'il a commandité au producteur et lobbyiste du disque Patrick Zelnik. Ces dispositions « sur mesure » existent avant tout pour servir les intérêts des amis de la présidence. Bien que risibles, elles révèlent un dogmatisme inquiétant dans lequel les droits du public et l'intérêt général disparaissent au profit de quelques industries désemparées… les copains d'abord !

C'est officiel : Les contribuables français devront mettre la main à la poche pour payer des millions de copies de fichiers musicaux. Rien de plus normal en période de crise économique et tandis que les universités et les hôpitaux sont à l'agonie. Cette mesure, qui s'annonce toute aussi efficace que la machine à punir HADOPI inaugurée aujourd'hui en grande pompe, révèlent une vision d'Internet étroite, dangereuse et dogmatique de la part du Président de la République.

Écartée d'un revers de main, la contribution créative était pourtant la seule voie d'évolution qui aurait pu mettre fin à cette absurde « guerre contre le partage », menée par les industries du divertissement contre les consommateurs et citoyens. Elle aurait également permis de reconnaitre enfin les droits du public à hauteur des nouveaux usages sociaux, tout en apportant des financements supplémentaires pour la création. Qu'importe ! Alors que de nombreuses études gouvernementales et indépendantes confirment1 que le partage d'œuvres sur Internet, entre individus et sans but commercial, a un impact neutre voire positif sur l'économie de la création, le dogme des intermédiaires impose de fermer les yeux.

« Punir et taxer pour combattre ce que l'on ne comprend pas, voilà une drôle de façon de considérer le futur d'Internet… Tout un programme pour la création et son public ! », ironise Jérémie Zimmermann, porte-parole de La Quadrature du Net. « Ces mesurettes fades et coûteuses sont au niveau de la farce HADOPI. Il faut garder à l'esprit qu'après la répression du partage d'œuvres sur le réseau, le pouvoir en place semble bien décidé à poursuivre son entreprise de contrôle de l'Internet, notamment avec la censure du Net amorcée par la future loi LOPPSI. », conclut-il.

  1. 1. Voir la liste non-exhaustive recensée sur notre wiki: http://www.laquadrature.net/wiki/Documents
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
<br /> Sarki sarko nous emmène à la surface de l'histoire. Alors qu'on essaie de sauvegarder des libertés qui ne sont pas plus en danger que ça, on ne se demande pas pourquoi un tel intérêt de sarki sarko<br /> pour Internet. Et là, on est à nouveau partis tête baissée dans la direction qu'il a lui-même indiqué.<br /> Ce qu'il faut savoir, c'est qu'entre proposition de lois, vote et application, il se passe souvent des années. Je rappelle que certaines lois votées il y a 25 ans ne peuvent toujours pas être<br /> appliquées parce que tous les décrets d'application n'ont pas été publiés. Pour Hadopi, seulement un decret sur 13 a été publié.<br /> Donc, j'ai essayé de réfléchir. Pourquoi donner tout à coup autant d'importance à la création artistique alors que depuis près de 30 ans, tous les gouvernements n'ont cessé de l'entraver, voire de<br /> la supprimer ???? Bien sûr, on va me dire que les amis de sarko sont  à la tête des lobbies musicaux etc etc... C'est ce que je croyais moi aussi. Mais les amis de sarko sont partout ! Il est<br /> possible que cette volonté à focaliser les citoyens sur Internet et la création musicale n'est qu'un leurre ! Ce n'est qu'un débat d'opérette. A côté de ça, le service public est en train de<br /> mourir, de même que la couverture santé. Les entreprises délocalisent, les autres ferment. On n'a pas encore réussi à limiter les importations venant du Pays du MIlieu ! L'essence continue<br /> d'augmenter à la pompe, on parle de taxe carbone mais on ne propose aucune alternative. Les sujets d'inquiétude sont ailleurs mais on s'évertue à faire croire aux citoyens qu'ils vont perdre une<br /> liberté essentielle, celle de télécharger gratuitement de la musique de merde. On a créé un faux problème, le téléchargement n'est pas un fléau, les intrnautes ne sont nullement atteints de<br /> téléchargite aigüe ! Rien ne le prouve en tous cas. Mais il faut savoir que plus de la moitié des français surfent sur Internet qui est devenu un outil pratiquement indispensable à la vie de tous<br /> les jours puisqu'Internet remplace le courrier et permet de payer ses factures, consulter ses comptes, acheter, se distraire, se cultiver, échanger etc.... En agitant le drapeau du scandale, on<br /> crée la peur chez ceux qui ne téléchargent pas, on les menace de perdre l'outil Internet. Et cela devient un sujet d'inquiétude d'importance majeure. Pendant ce temps, la vie des citoyens est<br /> réellement menacée. VOilà... J'ai été un peu longue.... Bise<br /> <br /> <br />
Répondre