Sarkozy planque un rapport gênant sur l’ Epad

Publié le par Charlotte sceptix

Avant de quitter le pouvoir, l’ équipe a fait un brin de ménage. Un rapport sur la folle gestion de l’ Epad ( Etablissement public d’aménagement de la Défense, devenu Epadesa) a été discrètement mis sous le tapis. Sans doute pour assurer la tranquillité de son directeur général, Philippe Chaix, un proche de Claude , qui dirige le plus grand quartier d’affaires d’ Europe.

epad sarkozy rapport Sarkozy planque un rapport gênant sur l EpadCette histoire rocambolesque commence en octobre 2010, un an après l’échec retentissant de la candidature avortée de Jean Sarkozy à la présidence de l’ Epad. Le statut juridique de l’ Epad, qui a encaissé des milliards d’euros en vendant des droits à construire aux promoteurs, est devenu si complexe que Philippe Chaix, empêtré dans ses dossiers, est contraint d’appeler à l’aide l’ Inspection générale des finances et le Conseil général de l’environnement et du développement durable. Avec la bénédiction de ses ministres de tutelle, François Baroin au Budget  et Jean-Louis Borloo à l’ Environnement.

Les inspecteurs travaillent durant un an et en profitent pour ouvrir tous les placards. En novembre 2011, ils rendent un pré-rapport, qui est aussitôt enfermé dans les coffres, ministériels et dans celui de Philippe Chaix. Le conseil d’ administration de l’ Epad est lui-même tenu à l’écart.

Le 30 novembre 2011, le canard enchainé révèle pourtant l’existence de ce rapport, qui va jusqu’à envisager la dissolution de l’ Epad. L’un des rares hauts fonctionnaires ayant eu accès au dossier reconnaît alors que son contenu est « terrible » et qu’il « laisse penser que des erreurs assez graves de gestion ont été commises« . Interrogées le même jour par l’ AFP, les ministres Valérie Pécresse et Nathalie Kosciuski-Morizet ( qui ont remplacé Baroin et Borloo) assurent que la procédure suit son cours: le rapport est « en phase contradictoire » et il sera achevé « début décembre », puis « rendu public ». Mais le temps passe, et rien ne vient…

En mai 2012, au lendemain de l’élection de François Hollande, le travail est toujours au point mort. Les nouveaux ministres de tutelle ne disposent même pas du document provisoire, qui a disparu de leurs cabinets. Et des membres de l’ Inspection générale des finances et du Conseil général de l’environnement font chou blanc quand ils recherchent la trace de ce travail dans les ordinateurs de leurs propres services.

Mais le 25 juin, surprise ! Le dossier réapparaît. Le Conseil général de l’environnement assure que la rédaction du rapport définitif vient d’entrer dans sa phase finale et sera terminée « dans quelques jours ou quelques semaines ». De son côté, la directrice général de l’ Inspection des finances, Marie-Christine Lepetit, se montre encore plus optimiste: selon elle, le document a été « envoyé à la signature voici quelques jours » et sera communiqué à l’ Epadesa sans tarder…

source: le canard enchainé

Impots-Economie

Commenter cet article