"Syndicats filous, salariés floués": livre-enquête sur un univers opaque

Publié le par Charlotte sceptix

 

Des syndicats adeptes du copinage et de la "combine", mais aussi infiltrés ou manipulés par des forces extérieures: le livre "Syndicats filous, salariés floués" à paraître jeudi, fait une plongée digne d'un polar dans l'univers parfois opaque du syndicalisme.

Les auteurs Anne-Sophie David, journaliste au Nouvel Economiste et Benoît Broignard, indépendant, ont découvert que certaines entreprises n'hésitaient pas à faire appel à des sociétés privées usant de méthodes du renseignement pour espionner syndicats et salariés: infiltrations, faux journalistes, vigiles espions, ou encore "oreilles" qui traînent dans les cafés...

Un mystérieux "Joe", "consultant en gestion de crise sociale" auprès d'un cabinet privé, assure être intervenu des dizaines de fois lors de conflits sociaux. Il raconte par exemple la technique de "l'implant".

"Il s'agit d'un salarié de notre société de conseil que l'on fait prendre en stage ou en intérim au sein de l'entreprise dans laquelle se déroule le conflit social", explique Joe, ajoutant qu'est créée une "couverture" pour ce salarié, comme lorsqu'un policier infiltre un milieu criminel.

Un autre consultant, "John", ajoute que certains de ses "implants" sont présents au long cours dans les entreprises, ayant pour mission de se faire élire délégué syndical et de semer la zizanie entre les organisations.

Il assure qu'une dizaine de ces salariés menant une double-vie et ayant une double rémunération sont actuellement en activité, et affirme même que l'un d'entre eux est devenu... responsable syndical au niveau fédéral.

Selon les auteurs, le recours à ces cabinets de conseil est bien camouflé, mais, disent-ils, un exemple a notamment pu être observé chez Molex où en 2009, "une équipe de gardiennage" avait été chargée d'espionner les salariés et où un "implant" avait été placé à un poste clé au coeur de l'entreprise.

Mais le livre constitue surtout une charge contre les syndicats, dénonçant notamment le "véritable business du syndicalisme" qui prospère en France, et l'opacité sur les financements, provenant de subventions et "d'une myriade d'autres flux".

L'ouvrage s'achève sur un appel enjoignant les lecteurs à réclamer un référendum pour réformer l'organisation du monde syndical.

("Syndicats filous, salariés floués" - Anne-Sophie David et Benoît Broignard - édition Max Milo - 316 p. - 18,90 euros - Sortie le 5 avril)

Source

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article