TAMIFLU et RELENZA / Effets indésirables d'après l'AFSSAPS

Publié le par sceptix

8. Quels sont les effets indésirables de TAMIFLU® ?

Chez les adultes et les adolescents, les événements indésirables les plus fréquemment rapportés dans lesétudes cliniques étaient les vomissements, les nausées et les céphalées, généralement spontanément régressifs en un ou deux jours.
Chez les enfants de plus de 1 an, l’événement indésirable le plus fréquemment rapporté dans les études cliniques était les vomissements.
Chez les patients atteints de grippe et traités par TAMIFLU®, des signes neurologiques ou psychiatriques ont été rapportés depuis la commercialisation, incluant des symptômes tels que des convulsions, un délire, une altération de la conscience, une confusion, un comportement anormal, des hallucinations, une agitation,une anxiété, des cauchemars. Ces événements ont été principalement rapportés chez les enfants et les
adolescents et sont souvent de survenue brutale et de résolution rapide. Très rarement, une blessure accidentelle ou un décès a été signalé comme complication de ces évènements. Le rôle joué par TAMIFLU®
dans ces cas est difficile à déterminer car la grippe peut en elle-même être associée à ce type de complications dans un contexte d’encéphalite ou d’encéphalopathie virale mais également en dehors de
toute pathologie sévère liée à la grippe.
La liste complète des effets indésirables et des mises en garde et précautions d’emploi de TAMIFLU® est
consultable dans le résumé des caractéristiques du produit (RCP) ou la notice de TAMIFLU®.

9. Quels sont les effets indésirables de RELENZA®?

Les effets indésirables suivants ont été rapportés très rarement dans les études cliniques chez l’enfant âgé de 5 ans ou plus, l’adolescent et l’adulte (moins d’une personne sur 10 000 utilisant RELENZA®) :
oppression au niveau de la gorge ou de la poitrine, sensation d’essoufflement (dyspnée) ou difficulté soudaine pour respirer (bronchospasme)*.
réaction allergique telle qu’oedème au niveau du visage, de la bouche ou de la gorge.
éruption cutanée ou urticaire.
* En cas de maladie respiratoire (telle que asthme ou broncho-pneumopathie chronique obstructive), le patient
doit en informer son médecin avant d’utiliser RELENZA®. Le patient devra s’assurer qu’il dispose de
son traitement bronchodilatateur par voie inhalée d’action rapide (tel que salbutamol) à prendre en cas de
difficulté respiratoire lorsque RELENZA® est utilisé.
Pendant le traitement
par RELENZA®, des modifications du comportement (telles qu’une confusion ou une absence de réaction), des hallucinations, un délire ou des convulsions avec ou sans perte de connaissance
ont été rapportés principalement chez les enfants et les adolescents.
Le rôle joué par RELENZA® dans ces cas est difficile à déterminer car la grippe peut en elle-même être associée à ce type de complications dans un contexte d’encéphalite ou d’encéphalopathie virale mais
également en dehors de toute pathologie sévère liée à la grippe.
La liste complète des effets indésirables et des mises en garde et précautions d’emploi de RELENZA® est
consultable dans le résumé des caractéristiques du produit (RCP) ou la notice de RELENZA®.



Source : AFSSAPS

Informations sur les antiviraux - questions/réponses (09/09/2009) application/pdf (767 ko)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
<br /> remarquez, maintenant les FIRMES de médicaments, dans la vague de judiciarisation de la vie quotidienne initiée aux USA, mettent un max d'effets indésirables" (euphémisme cauteleux lui aussi tout à<br /> fait typique du vocabulaire libéral-fasciste actuel ! ) POUR SE PROTEGER légalement, comme ça si jamais arrive quelque<br /> chose les patiens se font débouter par les tribunaux "vous étiz avertis, c'est votre problème!".<br /> Ainsi je ma souviens qu'on m'avait donné pour soigner des migraines du g****** (comme je n'ai pas le sacro-saint, sacré, signe registered trade-mark je ne mets pas le nom en clair, ou alors faut-il<br /> dire comme les musulmans PBUH ? ). Durant des années tous les médecins à qui je disais que je prenais ça me le<br /> prescrivaient sans rien dire. Puis un autre médecin s'exclama lui "mais vous allez crever!" (texto) et ajouta même que ce médicament donnait des migraines ! il m'en prescrit un autre "non<br /> dangereux". j'eu alors exceptionnellement la curiosité de regarder ce qu'il y a sur la notice : risque d'engine de poitrine, d'infarctus, etc, etc, pour un médicament moins dangereux ça semblait<br /> étrange ! Mais justement c'était la manifestation de ce phénomène, le second médicament (qui a d'ailleurs mis fin à mes migraines, ou est-ce simplement de ne plsu prendre le premier ?) était<br /> efectivement moins dangereux, simplement la firme se "blindait" davantage "au cas où !! (et je n'ai jamais eu d'infarctus, ni rien.<br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> Mais qui lit les notices ? Chacun fait confiance à son toubib ! Si tous les patients lisaient les notices des saloperies qu'ils avalent les labos seraient en faillite<br /> <br /> <br />