Un témoin abonde dans le sens d'une manipulation de la Société générale au procès Kerviel

Publié le par Charlotte sceptix

 

PARIS (AP) — La Société générale a rendu "un immense service à la place financière de Paris" en imputant à Jérôme Kerviel des pertes en réalité liées à la crise des subprimes, a affirmé jeudi un témoin devant la cour d'appel de Paris chargée de rejuger l'ancien trader.

"En transformant l'étiquette subprimes par l'étiquette Kerviel", la banque "a rendu un immense service à la place financière de Paris", a déclaré à la barre Jacques Werren, ancien directeur général adjoint du Marché à terme des instruments financiers (MATIF). "On a dû certainement estimer qu'avoir créé les conditions qui évitent d'annoncer des pertes pareilles, forcément avec une retombée extrêmement redoutable sur les marchés, c'est une opération dont on doit se féliciter".

L'affaire a été révélée en janvier 2008 et, selon lui, il était alors "impossible d'annoncer officiellement qu'on a cinq milliards d'euros de pertes, sauf à provoquer un tsunami". Ainsi, "on a mis en place une opération au niveau le plus élevé de la banque pour transformer ces pertes", a ajouté M. Werren, un témoin appelé à la barre par la défense de Jérôme Kerviel, accusé d'avoir fait perdre à la Société générale 4,9 milliards d'euros.

Admettre que ces pertes sont celles d'un opérateur, "c'est grave, mais la gravité de cet aveu n'a rien à voir avec celle d'une annonce sur les subprimes", a-t-il observé. "On l'a fait, pas seulement pour défendre la banque, pas seulement pour défendre la place, on l'a fait pour la bonne cause".

Face à ce témoin qui va dans le sens de la supposée manipulation qu'il tente de démontrer depuis quelques jours, l'avocat de Jérôme Kerviel, Me David Koubbi, se félicite: "les moments de clarté chez les témoins sont assez rares". Reste que Jacques Werren n'a donné aucun argument en faveur d'une telle opération. AP

ir/sb


(AP / 21.06.2012 14h06) Romandie news


Commenter cet article

David CABAS 19/07/2012 01:47


 


Citoyens contre l'inacceptable traité budgetaire de Merkollande exigeons la séparation des banques


 


Depuis 2007 – 2008, la crise financière détruit les fondements de notre économie productive et sociale, avec la destruction de milliers d'emplois, d’entreprises et des services publics.


 


Depuis 2007 – 2008, aucun de nos dirigeants de droite comme de gauche a su faire face à la tyrannie des banquiers et des marchés financiers. Pire, ils ont capituler !


 


Aujourd'hui, François Hollande, Fraichement élu, trahit ses engagements contre la finance pris lors de son discours du Bourget. Aujourd'hui, comme Sarkozy, hier, Hollande accepte les plans de
renflouements bancaires tout en imposant l'austérité pour le peuple.


 


Nous, citoyens, refusons les traités et les mécanismes dictatoriaux mise en place lors du sommet européens du 28 et 29 juin dernier avec le MES et le TSCG.


 


Nous, citoyens, refusons les renflouement des spéculateurs, des banquiers, des financiers qui ont joué et perdu dans les casinos fous de la City et de Wall Street !


 


Nous, citoyens, demandons la séparation des banques de dépots des banques d'affaires afin d'entamer le ménage des Écurie d'Augias.


 


Soutenez l'appel pour un Glass Steagall : http://www.appel-glass-steagall.fr


 


Face au nombreux scandales bancaires, face à l'impuissance politique, seul un sursaut citoyen peut nous ouvrir un futur !


 


Rejoignez nous sur facebook : https://www.facebook.com/AppelAUnGlassSteagall