Vaccins : le MLD (Belgique) dénonce le lobbying des grands groupes pharmaceutiques

Publié le par Charlotte sceptix

Ceci est un appel à la responsabilité et au courage politique ! Il y a quelques semaines, nous recevions au Parlement fédéral Raphael et son épouse, effondrés. Née le 25 juillet 2011, une des deux jumelles, Stacy est décédée le 22 octobre 2011. Les parents nous expliquent que leur bébé serait décédé des suites de vaccins inoculés par l’ONE alors même que les jumelles n’allaient pas en crèche. Le dossier qui présente de nombreuses zones d’ombre est actuellement mis à l’instruction pour homicide et coup et blessures involontaires à Charleroi.

Cette dramatique affaire n’est malheureusement pas un cas isolé et les consciences semblent enfin se réveiller. Début avril, une plainte pénale cette fois est déposée à Namur : c’est la première utilisation judiciaire qui est faite du nouvel article 442 quater du Code pénal sur l’abus de faiblesse, depuis l’entrée en vigueur de la loi en février 2012 sur la vulnérabilité des personnes. L’ONE aurait recours à des moyens de pression inacceptables pour forcer des parents à faire vacciner leur enfant, l’un de ces moyens étant l’exclusion de la crèche en cas de défaut de vaccination.

Ce que nous cachent les vaccins

Contrairement aux médicaments, les vaccins sont destinés à des personnes en bonne santé dans le but de prévenir des maladies hypothétiques. Aussi, il serait normal que tout citoyen reçoive une information précise et impartiale tant sur les risques de ces maladies que sur ceux qu’il encourt avec les vaccins.

Mais, les médecins sont malgré eux complices de cette “loi du silence” sur les effets et les dangers des vaccins, car les laboratoires des grands groupes pharmaceutiques ont la main mise sur la santé publique. Ils financent des études et assurent la formation médicale continue de sorte que le médecin en devient le vendeur obligé.

Or, en deux siècles de vaccins, quel est le bilan ? Saviez-vous que la population vaccinée contre la grippe est passée aux États-Unis de 15 % en 1980 à 65 % aujourd’hui, sans qu’aucune diminution des décès liés à cette maladie n’ait été observée ? Pourquoi les autorités de santé taisent-elles le fait que le nombre de décès par rougeole n’a pas diminué depuis 1988 en dépit d’une couverture vaccinale beaucoup plus étendue ? Peut-être parce que les vaccins, loin d’être les parents pauvres des médicaments, sont à l’origine de plus de 20 % du chiffre d’affaires de certains laboratoires pharmaceutiques !

Le libre consentement des parents et leur information

Le MLD rappelle fermement que la loi du 22 août 2002 établit que « tout acte médical est soumis au libre consentement des parents, en ce compris les vaccinations ». Juridiquement, seul le vaccin contre la poliomyélite est obligatoire.

Profitant une certaine forme de « désinformation volontaire », les médecins et l’ONE entretiennent donc un système malsain de consommation vaccinale à outrance dans la logique mercantile des grands groupes pharmaceutiques.

Et lorsque des médecins affirment : « c’est l’équilibre des intérêts qu’il nous faut préserver », soit « prendre le risque d’une complication isolée suite à un vaccin au profit de la collectivité », le MLD estime que la vie humaine, qu’elle soit individuelle ou collective n’a en aucun cas à être mise en balance !

Source

Commenter cet article