Scandale à l'OMS

Publié le par sceptix


Vendredi 11 Décembre 2009
http://www.european-lung-foundation.org/uploads/WEB_CHEMIN_552_1153404624.jpg
Surnommé « Dr. Flu », le professeur Albert Osterhaus, de l'Université Erasmus à Rotterdam en Hollande a été désigné par les chercheurs et les médias Hollandais comme l’homme étant au centre de l'hystérie mondiale autour de la pandémie de grippe H1N1. Osterhaus s’avère être la plaque tournante du réseau international pharmaceutique, apparenté à une véritable Mafia. Mais il est également le conseiller en chef de l'OMS pour les questions de grippe et aurait profité de sa position pour engranger pour son profit personnel des milliards d’Euros en vaccins soi disant pour guérir la grippe H1N1.
 
 
 Plus tôt cette année, la Seconde Chambre du Parlement Hollandais a ouvert une enquête sur le Dr. Osterhaus pour conflit d’intérêt et malversations financières. Ce ne seraient pas ses compétences scientifiques qui sont remises en question, mais le fait de s’être servi, selon le très réputé magazine Science, de la soi-disant pandémie de grippe H1N1, pour servir ses propres intérêts et ceux des entreprises privées pharmaceutiques.
 
 Voici la brève note publiée par Science à propos du Dr. Osterhaus le 16 Octobre 2009:  
 
 « Au cours des 6 derniers mois, on pouvait difficilement allumer sa télévision aux Pays Bas sans voir le visage du célèbre chasseur de virus, Albert Osterhaus, parler de la pandémie de grippe porcine. Ou du moins c’est ce qu’il nous a semblé. Osterhaus, qui dirige un laboratoire de virologie internationalement renommé au Centre Médical Erasmus, a été le Monsieur Grippe (Mr. Flu). Mais la semaine dernière, sa réputation en a pris un coup après qu’il ait été accusé de jouer sur la peur de la pandémie pour favoriser ses propres intérêts commerciaux dans la mise au point de vaccin.
Etant donné que « Science » est allé voir la presse, la Chambre des Représentants Hollandaise a même lancé en urgence un débat à ce sujet. »
 
 Mais dès le 3 Novembre, le scandale était déjà maîtrisé, la Chambre des Représentants ayant refusé de demander au Dr. Osterhaus de couper tout lien avec le Centre Médical Erasmus. Pire encore, le Ministre de la Santé Hollandais, Ab Klink, un ami personnel du Dr. Osterhaus, pour noyer le poisson, a demandé à tous les scientifiques d’annoncer leurs liens avec le secteur privé. Il a minimisé l’affaire disant que le Dr. Osterhaus n’était qu’un conseiller auprès du gouvernement parmi d’autres et que ces liens avec le secteur privé était parfaitement connu et ne sortait en rien de l’ordinaire.
 
 Le Dr. Osterhaus est un gros poisson. Au cours des 2 dernières décennies, il a été au cœur de toutes les apparitions de virus à travers le monde. En 2003, au summum de la panique liée au SRAS, il a été engagé par l’OMS et comme à chaque fois, c’est comme s’il connaissait déjà toutes les réponses à l’avance, voila ce que conclue un rapport de l’UE à son sujet:

 
 « Il a une fois de plus montré sa compétence à avancer rapidement pour aborder un grave problème. Dans un délai de trois semaines, il a prouvé que cette maladie a été provoquée par un syndrome respiratoire aigu grave, tout nouvellement découvert, qui réside chez les chats ou les civettes et chez d'autres animaux carnivores [comme les chauves-souris]. »
 
 En 1997, après la mort d’un enfant de 3 ans par le virus H5N1, censé avoir été en contact avec des oiseaux, le Dr. Osterhaus a sauté sur l’affaire et a actionné ses lobbies en Hollande et en Europe pour faire monter la panique qu’une mutation du virus H5N1 a été transmis vers l’homme, il s’est ensuite vanté d’être le premier scientifique à avoir prouvé que le virus
H5N1 pouvait se transmettre à l’homme.
 
 Sa campagne de panique autour du H5N1 a réellement commencé à décoller en
2005 après avoir lié la mort d’un vétérinaire Allemand au virus H5N1. Il a alors réussi à convaincre le gouvernement Allemand d’abattre toute la volaille en Allemagne. Aucune autre victime du H5N1 n’avait par la suite été déplorée, ce qu’il a imputé à l’éviction des volailles.
 
 En 2005, il déclare sur BBC :  
 « … si le virus réussi effectivement à subir une mutation de telle manière qu'il puisse se transmettre d'homme à homme, alors la situation serait complètement différente, nous pourrions être au début de la pandémie. »
 
 Osterhaus a indiqué que les excréments d’oiseaux étaient à l’origine de la contamination, mais après analyse de 100 000 échantillons d’excréments d’oiseaux, pas un seul cas de H5N1 n’a été détecté.
Aucune contamination de masse par le H5N1 n’a été observée, mais au passage, Roche et GlaxoSmithKline & Co ont vendu pour des milliards de médicaments Tamiflu et Relenza.
 
 En Avril 2009, après qu’un enfant ait été diagnostiqué au Mexique comme étant porteur du H1N1, la directrice de l’OMS, Margaret Chan, a aussitôt déclaré « l’état d’urgence pandémique ». La prevision de pandémie de longue date, répété à plusieurs reprises par le Dr. Osterhaus finit par voir le jour. Le 11 Juin 2009, Maragret Chan a déclaré l’alerte pandémique de niveau 6, la plus haute possible, impliquant que l’OMS a autorité sur les Etats signataires (192 dans le monde) de l’OMS,les obligeant à lancer une campagne de vaccination de masse. Bizarrement dans son discours Margaret Chan déclare tout de même :
 
 « Sur la base des preuves actuelles, une majorité écrasante des patients éprouvent des symptômes doux et ont un rétablissement rapide et complet, souvent en l'absence de toute forme de traitement médical. », ajoutant que « dans le monde entier, le nombre de décès est faible… nous ne nous attendons pas à voir un bond soudain et dramatique dans le nombre d'infections graves ou mortelles. »
 
 Voila qui est bien contradictoire et suscite des questions sur les véritables raisons qui ont motivé sa décision.
 
 En effet, il s’est avéré par la suite que Mme Chan a pris sa décision selon l’avis émis par le groupe d’experts de l’OMS, le Strategic Advisory Group of Experts (SAGE), dont le Dr. Osterhaus est l’expert clé, par ailleurs également Président du European Scientific Working group on Influenza (ESWI ).
Ce qui est intéressant avec l’ ESWI c’est qu’il est financé exclusivement par les géants pharmaceutiques, également fabricants de vaccins
: Novartis, Hofmann-La Roche, Baxter, GlaxoSmithKline, Sanofi Pasteur et d’autres.
 
 Le Dr. Osterhaus également le conseiller en chef pour les questions de virus pour le gouvernement Britannique et Hollandais, a émis ses craintes que le virus H1N1 pourrait muter en une forme proche du virus de la grippe Espagnole, jouant sur la peur, il a ainsi préconisé une vaccination de masse à travers le monde entier.
 
 JP Morgan a estimé les profits tirés de la pandémie de grippe de 7.5 à 10 milliards de dollars.
 
 Mais ce n’est pas tout, le Dr. Osterhaus compte parmi ses amis les docteurs Frederick Hayden et David Salisbury, tout également 2 membres du SAGE et Conseilleur auprès du gouvernement Britannique (tiens tiens encore !!!) et réputés pour être les plus fervent défenseurs des groupes pharmaceutiques.
Voila un conseil d’experts qui semble bien impartial !!!! (ironie)
 
 Dans une interview avec le magazine Allemand Der Spiegel, l’épidémiologiste Dr. Tom Jefferson de la Cochrane Collaboration, une organisation de scientifiques indépendants évaluant toutes les études ayant attrait à la grippe, a noté les implications de la privatisation de l'OMS et de la commercialisation de la santé :  
 
 « … une des caractéristiques extraordinaires de cette grippe -- et de toute la saga de grippe -- est qu’il y a certaines personnes qui font des prévisions année après année, et ils vont de pire en pire. Jusqu'ici, aucune de leurs prévisions ne s’est produit, et ces personnes sont toujours là à faire leurs prédictions. Par exemple, qu’est-il arrivé avec la grippe aviaire qui était censée tous nous tuer ? Rien. Mais cela n'a pas arrêté ces personnes à poursuivre leurs prévisions. Parfois vous avez le sentiment qu'il y a toute une industrie quasiment en attente qu’une pandémie se produise.  
 
 SPIEGEL : De qui voulez-vous parler? L'Organisation Mondiale de la Santé
(OMS) ?  
 
 Jefferson : L'OMS et les hauts fonctionnaires de la Santé Publique, les virologues et les entreprises pharmaceutiques. Ils ont construit cette machine autour de la pandémie imminente. Et il y a beaucoup d'argent, d’influence, et de carrières, et d’établissements entiers impliqués ! …
 
 Interrogé si l'OMS avait délibérément déclaré l'Urgence Pandémique afin de générer un énorme marché pour les vaccins H1N1 et les médicaments, Jefferson a répondu :
 
 « Ne pensez-vous pas là est-vous quelque chose remarquable concernant le fait que l'OMS a changé sa définition de pandémie ? L’ancienne définition était un nouveau virus, qui circule rapidement, pour lequel on n’a aucune immunité, et qui génère une morbidité et un taux de mortalité élevés.
Maintenant les deux dernières clauses ont été abandonnées, et voila comment la grippe porcine a été classée en tant que pandémie. »  
 
 Le parlementaire et président du Comité pour la Santé de la Douma Russe, Igor Barinow, a demandé au représentant russe de l'OMS à Genève d’ouvrir une enquête officielle sur les preuves croissante de la corruption massive de l'OMS par l'industrie pharmaceutique.  
 
 « Il y a de graves accusations de corruption au sein de l'OMS, » a déclaré Barinow. « Une Commission d'Enquête internationale est demandée en urgence. »  
 
 Depuis des décennies, les mêmes personnes, ou les mêmes groupes de personnes, travaillant pour les intérêts des compagnies pharmaceutiques et rémunérés très grassement (en millions de dollars) par ces mêmes compagnies, ne cessent d’annoncer des pandémies censées couter la vie à une grande partie de la population de la terre, à chaque fois, rien de cela ne se produit, par contre, les bénéfices de ces compagnies explosent à coup de milliards de dollars, grâce à la vente de vaccins et de médicaments antiviraux. La démission du Dr. Osterhaus ne changera rien, il n’est qu’un bouc émissaire parmi d’autres, c’est tout le système de l’OMS qu’il faut changer, ainsi que les organismes de la santé Publique des divers pays qui travaillent tous main dans la main pour les compagnies pharmaceutiques qui les rémunère et qui assure le succès de leurs carrière.
AlterInfo


29 juin 2006

Paris (AFP) - La lutte contre la grippe aviaire, qui pourrait être à l'origine d'une pandémie humaine, passe par une coordination des efforts et une meilleure surveillance de l'évolution des virus chez les oiseaux et l'homme, ont mis en avant jeudi des scientifiques lors d'un congrès à Paris.
Rappelant les trois pandémies de grippe au siècle dernier -grippe espagnole en 1918, grippe asiatique en 1957, grippe de Hong Kong en 1968-, Albert Osterhaus, virologue au Centre médical Erasmus à Rotterdam (Pays-Bas), a prévenu qu'il fallait s'attendre à ce qu'il y en ait une autre.

"Quels sont les risques que cela puisse se produire avec le H5N1? Nous ne le savons pas, mais si ce n'est pas le H5N1, ce sera un autre virus", a-t-il résumé, invitant à se préparer, en renforçant la surveillance des pathogènes et "à partager les informations le plus tôt possible, ce qui n'est pas le cas actuellement".

Plutôt que de multiplier "les réunions où on dit la même chose", ce qui se traduit par une "pandémie de réunions sur la grippe", a-t-il ironisé, il faut selon lui créer un "groupe de travail mondial".

Ce groupe associerait organisations internationales (OMS, OIE, FAO), scientifiques, personnes susceptibles de "traduire les données scientifiques en mesures politiques" et représentants de l'industrie pharmaceutique, a expliqué M. Osterhaus.

Au niveau européen, un groupe de ce type "devrait être créé en septembre ou octobre" et serait placé sous l'égide du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), basé à Stockholm, a-t-il précisé.

Pour évaluer le risque d'épidémie humaine, les chercheurs doivent suivre à la trace l'évolution du virus H5N1, dont il existe déjà deux à trois lignages distincts.

"Il y a des variations génétiques et la constitution de deux groupes principaux, ou clades, de virus H5N1", a rappelé le Dr Guenael Rodier, directeur régional Europe de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Pour Sylvie van de Werf (Institut Pasteur), la transmission successive du virus entre plusieurs malades au sein d'une famille indonésienne, confirmée par l'OMS, n'a "rien d'alarmant" dans la mesure où la chaîne de transmission s'est ensuite arrêtée. D'autres cas de transmissions interhumaines avaient été suspectées depuis 2004 au Vietnam et en Thaïlande.

"Quand ça s'arrête, on repart à zéro, les sources de nouvelles contaminations sont les virus qui circulent chez les volailles" si bien qu'il "n'y a pas de progression dans l'adaptation (NDLR à l'homme) du virus", a-t-elle précisé.

Le virus H5N1 a des possibilités limitées de se propager chez l'homme notamment parce qu'il ne dispose pas, sauf exceptions, de la "clé" adaptée pour infecter les cellules situées en haut de l'appareil respiratoire, d'où une toux pourrait expulser de nombreux virus vers l'entourage.

Selon une étude sur le furet présentée lors du congrès par le Dr Erich Hoffmann (St Jude Children's Hospital, Memphis, Etats-Unis), même les virus H5N1 capables de se fixer sur ce type de cellules "ne se transmettent pas efficacement". L'affinité à ce type de récepteur n'est dont pas "suffisante pour accroître la transmissibilité", conclut-il.

La capacité du virus à se multiplier dépend aussi notamment de la température, plus basse à proximité de la gorge qu'au fond des poumons, précise notamment Mme van de Werf.

Source
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S

Charlotte

Dommage pour l'article "scandale à l'OMS" il est intéressant mais chez toi il manque le texte . Pour ajouter à l'article précisons que Donalad Rumsfeld, chargé de la défense par GW Bush, est
également actionnaire du laboratoire fabricant le Tamiflu .

Précisons aussi que le 10 septembre Rumsfeld déclarait publiquement sur fox news que les USA auraient égaré 2300 milliards de dolars du budget de la défense US .

Le lendemain c'était le 11 septembre 2001 avec ses fausses attaques terroristes qui arrangeaient bien le gouvernement US à plusieurs titres : Que la perte de 2.3 milliards de dollars passe au
second plan et de trouver un prétexte "terroriste" pour aller faire la guerre en Irak et occuper le Moyen Orient.

La grippe A ressemble à un autre choc psychologique pour les masses, qui tombe à pic pour étouffer le scandale de la crise financière tout en remplissant les poches de types qui ont rendu de grands
services à la corruption mondiale du style Donald Rumsfeld ... (il fais partie de ceux qui touchent le jackpot avec la grippe A)

Puis le 11 septembre 2001 soyons séruieux et ne prenons pas les Musulmans pour des imbéciles :

-Un combattant mort est un combattant inutile, aurais-tu envoyé tes hommes pour se suicider dans des attentats alors que tu as des centaines de possibilités pour créer des attentats bien plus
meurtriers et bien plus facilement et fréquemment ...  (contaminer des réserves d'eau, faire dérailler des trains, faire péter des dépôts de carburant etc...)

-Le choix des cibles du 11 septembre c'est d'un comique !
Pourquoi le WTC alors même que bien plus connu et symbolique de part le monde il y a : La maison blanche, le capitole, le sénat, la statue de la liberté ...
N'importe quel terroriste aurait choisi ces cibles en priorité, au lieu du WTC connu d'une minorité alors que la statue de la liberté et la maison blanche sont mondialement connus  !!!

Si c'est le caractère meurtrier et marquant que les sois disant "terroristes" visaient, ils auraient choisi de frapper rapidement et simultanément des lieux très fréquentés : aéroports, lieux
publics, salles de concert etc ...

Si le symbole attaqué par les terroristes avait été celui de l'argent fou ils auraient choisi Las Végas ...

Et si Al Quaida était le mouvement terroriste mondialisé qui nous est décrit : Personne de personne ne pourrait sortir en sécurité où que ce soit en occident, ça péterai quotidiennement dans toutes
les capitales . (tous les produits ncessaires sont en vente libre)

Pour ce qui est du mobile et des revendications des "terroristes" c'est du très grand guignol, je ne connais pas de terroriste qui ne lance pas d'ultimatum et ne revendique pas quoi que ce soit
.... Sinon à quoi sert le terrorisme ???
Les terroristes ont-ils exigé la libération de prisonniers, une rançon, ou quoi que ce soit d'autre de réalisable ???


Tout ce que je puis dire c'est que de nombreux "zélites" occidentaux actuels sont prêts à tout pour se payer leur dernière dose de pouvoir absolu.
Que ce soit de faux attentats, de fausses pandémies ou quoi que ce soit d'autre, tout est bon pour fédérer derrière un ennemi commun .

Seulement voilà, il est facile de penser que nos pires ennemis ne soient pas extérieurs à l'occident .
Nous arrivons à une époque ou il faut plus se méfier de nos "zélites" et de leurs manipulations visant à cacher leur corruption que se méfier de quelque étranger que ce soit ...

"Dieu garde moi de mes amis, mes ennemis je m'en charge"

Sacrifier 3000 citoyens le 11 septembre c'est rien du tout quand il s'agit de faire oublier la perte de 2300 milliards de dollars et justifier plusieurs guerres ...

Le 11 septembre est à mon sens la meilleure preuve que nos états occidentaux sont prêts à tout pour conserver leur hégémonie...

Quel rapport avec l'OMS ?
Nous retrouvons souvent les mêmes protagonistes dans toutes les affaires  depuis 2001...


Répondre
P

La suite

Dans une interview avec le magazine Allemand Der Spiegel, l’épidémiologiste Dr. Tom Jefferson de la Cochrane Collaboration, une organisation de scientifiques indépendants évaluant toutes les études
ayant attrait à la grippe, a noté les implications de la privatisation de l'OMS et de la commercialisation de la santé :  
 
 « … une des caractéristiques extraordinaires de cette grippe -- et de toute la saga de grippe -- est qu’il y a certaines personnes qui font des prévisions année après année, et ils vont de
pire en pire. Jusqu'ici, aucune de leurs prévisions ne s’est produit, et ces personnes sont toujours là à faire leurs prédictions. Par exemple, qu’est-il arrivé avec la grippe aviaire qui était
censée tous nous tuer ? Rien. Mais cela n'a pas arrêté ces personnes à poursuivre leurs prévisions. Parfois vous avez le sentiment qu'il y a toute une industrie quasiment en attente qu’une pandémie
se produise.  
 
 SPIEGEL : De qui voulez-vous parler? L'Organisation Mondiale de la Santé
(OMS) ?  
 
 Jefferson : L'OMS et les hauts fonctionnaires de la Santé Publique, les virologues et les entreprises pharmaceutiques. Ils ont construit cette machine autour de la pandémie imminente. Et il y
a beaucoup d'argent, d’influence, et de carrières, et d’établissements entiers impliqués ! …
 
 Interrogé si l'OMS avait délibérément déclaré l'Urgence Pandémique afin de générer un énorme marché pour les vaccins H1N1 et les médicaments, Jefferson a répondu :
 
 « Ne pensez-vous pas là est-vous quelque chose remarquable concernant le fait que l'OMS a changé sa définition de pandémie ? L’ancienne définition était un nouveau virus, qui circule
rapidement, pour lequel on n’a aucune immunité, et qui génère une morbidité et un taux de mortalité élevés.
Maintenant les deux dernières clauses ont été abandonnées, et voila comment la grippe porcine a été classée en tant que pandémie. »  
 
 Le parlementaire et président du Comité pour la Santé de la Douma Russe, Igor Barinow, a demandé au représentant russe de l'OMS à Genève d’ouvrir une enquête officielle sur les preuves
croissante de la corruption massive de l'OMS par l'industrie pharmaceutique.  
 
 « Il y a de graves accusations de corruption au sein de l'OMS, » a déclaré Barinow. « Une Commission d'Enquête internationale est demandée en urgence. »  
 
 Depuis des décennies, les mêmes personnes, ou les mêmes groupes de personnes, travaillant pour les intérêts des compagnies pharmaceutiques et rémunérés très grassement (en millions de
dollars) par ces mêmes compagnies, ne cessent d’annoncer des pandémies censées couter la vie à une grande partie de la population de la terre, à chaque fois, rien de cela ne se produit, par contre,
les bénéfices de ces compagnies explosent à coup de milliards de dollars, grâce à la vente de vaccins et de médicaments antiviraux. La démission du Dr. Osterhaus ne changera rien, il n’est qu’un
bouc émissaire parmi d’autres, c’est tout le système de l’OMS qu’il faut changer, ainsi que les organismes de la santé Publique des divers pays qui travaillent tous main dans la main pour les
compagnies pharmaceutiques qui les rémunère et qui assure le succès de leurs carrière.

http://www.alterinfo.net/Scandale-a-l-OMS-creation-de-la-fausse-pandemie-H1N1_a40277.html


Répondre
S

Merci Pat, je laisse tel quel ! Tu as entendu les infos, selon l'INVS nous serions le seul pays d'europe ou la pandémie progresse ! En tout cas on parle 10 fois plus de johnny dans les médias que
de la grippe. Un gosse de 9 ans est décédé hier après avoir été vacciné, va voir l'article, d'après le proc ce gamin aurait eu des PETITES complications suite au vaccin, c'est à gerber


P

ça ne marche toujours pas!
Je vais essayer de le passer par les commentaires car l'article est intéressant. Tu pourras peut être le récupérer.

Surnommé « Dr. Flu », le professeur Albert Osterhaus, de l'Université Erasmus à Rotterdam en Hollande a été désigné par les chercheurs et les médias Hollandais comme l’homme étant au centre de
l'hystérie mondiale autour de la pandémie de grippe H1N1. Osterhaus s’avère être la plaque tournante du réseau international pharmaceutique, apparenté à une véritable Mafia. Mais il est également
le conseiller en chef de l'OMS pour les questions de grippe et aurait profité de sa position pour engranger pour son profit personnel des milliards d’Euros en vaccins soi disant pour guérir la
grippe H1N1.
 
 
 Plus tôt cette année, la Seconde Chambre du Parlement Hollandais a ouvert une enquête sur le Dr. Osterhaus pour conflit d’intérêt et malversations financières. Ce ne seraient pas ses
compétences scientifiques qui sont remises en question, mais le fait de s’être servi, selon le très réputé magazine Science, de la soi-disant pandémie de grippe H1N1, pour servir ses propres
intérêts et ceux des entreprises privées pharmaceutiques.
 
 Voici la brève note publiée par Science à propos du Dr. Osterhaus le 16 Octobre 2009:  
 
 « Au cours des 6 derniers mois, on pouvait difficilement allumer sa télévision aux Pays Bas sans voir le visage du célèbre chasseur de virus, Albert Osterhaus, parler de la pandémie de grippe
porcine. Ou du moins c’est ce qu’il nous a semblé. Osterhaus, qui dirige un laboratoire de virologie internationalement renommé au Centre Médical Erasmus, a été le Monsieur Grippe (Mr. Flu). Mais
la semaine dernière, sa réputation en a pris un coup après qu’il ait été accusé de jouer sur la peur de la pandémie pour favoriser ses propres intérêts commerciaux dans la mise au point de
vaccin.
Etant donné que « Science » est allé voir la presse, la Chambre des Représentants Hollandaise a même lancé en urgence un débat à ce sujet. »
 
 Mais dès le 3 Novembre, le scandale était déjà maîtrisé, la Chambre des Représentants ayant refusé de demander au Dr. Osterhaus de couper tout lien avec le Centre Médical Erasmus. Pire
encore, le Ministre de la Santé Hollandais, Ab Klink, un ami personnel du Dr. Osterhaus, pour noyer le poisson, a demandé à tous les scientifiques d’annoncer leurs liens avec le secteur privé. Il a
minimisé l’affaire disant que le Dr. Osterhaus n’était qu’un conseiller auprès du gouvernement parmi d’autres et que ces liens avec le secteur privé était parfaitement connu et ne sortait en rien
de l’ordinaire.
Le Dr. Osterhaus est un gros poisson. Au cours des 2 dernières décennies, il a été au cœur de toutes les apparitions de virus à travers le monde. En 2003, au summum de la panique liée au SRAS, il a
été engagé par l’OMS et comme à chaque fois, c’est comme s’il connaissait déjà toutes les réponses à l’avance, voila ce que conclue un rapport de l’UE à son sujet:

 
 « Il a une fois de plus montré sa compétence à avancer rapidement pour aborder un grave problème. Dans un délai de trois semaines, il a prouvé que cette maladie a été provoquée par un
syndrome respiratoire aigu grave, tout nouvellement découvert, qui réside chez les chats ou les civettes et chez d'autres animaux carnivores [comme les chauves-souris]. »
 
 En 1997, après la mort d’un enfant de 3 ans par le virus H5N1, censé avoir été en contact avec des oiseaux, le Dr. Osterhaus a sauté sur l’affaire et a actionné ses lobbies en Hollande et en
Europe pour faire monter la panique qu’une mutation du virus H5N1 a été transmis vers l’homme, il s’est ensuite vanté d’être le premier scientifique à avoir prouvé que le virus
H5N1 pouvait se transmettre à l’homme.
 
 Sa campagne de panique autour du H5N1 a réellement commencé à décoller en
2005 après avoir lié la mort d’un vétérinaire Allemand au virus H5N1. Il a alors réussi à convaincre le gouvernement Allemand d’abattre toute la volaille en Allemagne. Aucune autre victime du H5N1
n’avait par la suite été déplorée, ce qu’il a imputé à l’éviction des volailles.
 
 En 2005, il déclare sur BBC :  
 « … si le virus réussi effectivement à subir une mutation de telle manière qu'il puisse se transmettre d'homme à homme, alors la situation serait complètement différente, nous pourrions être
au début de la pandémie. »
 
 Osterhaus a indiqué que les excréments d’oiseaux étaient à l’origine de la contamination, mais après analyse de 100 000 échantillons d’excréments d’oiseaux, pas un seul cas de H5N1 n’a été
détecté.
Aucune contamination de masse par le H5N1 n’a été observée, mais au passage, Roche et GlaxoSmithKline & Co ont vendu pour des milliards de médicaments Tamiflu et Relenza.
 
 En Avril 2009, après qu’un enfant ait été diagnostiqué au Mexique comme étant porteur du H1N1, la directrice de l’OMS, Margaret Chan, a aussitôt déclaré « l’état d’urgence pandémique ». La
prevision de pandémie de longue date, répété à plusieurs reprises par le Dr. Osterhaus finit par voir le jour. Le 11 Juin 2009, Maragret Chan a déclaré l’alerte pandémique de niveau 6, la plus
haute possible, impliquant que l’OMS a autorité sur les Etats signataires (192 dans le monde) de l’OMS,les obligeant à lancer une campagne de vaccination de masse. Bizarrement dans son discours
Margaret Chan déclare tout de même :
 
 « Sur la base des preuves actuelles, une majorité écrasante des patients éprouvent des symptômes doux et ont un rétablissement rapide et complet, souvent en l'absence de toute forme de
traitement médical. », ajoutant que « dans le monde entier, le nombre de décès est faible… nous ne nous attendons pas à voir un bond soudain et dramatique dans le nombre d'infections graves ou
mortelles. »
 
 Voila qui est bien contradictoire et suscite des questions sur les véritables raisons qui ont motivé sa décision.
 
 En effet, il s’est avéré par la suite que Mme Chan a pris sa décision selon l’avis émis par le groupe d’experts de l’OMS, le Strategic Advisory Group of Experts (SAGE), dont le Dr. Osterhaus
est l’expert clé, par ailleurs également Président du European Scientific Working group on Influenza (ESWI ).
Ce qui est intéressant avec l’ ESWI c’est qu’il est financé exclusivement par les géants pharmaceutiques, également fabricants de vaccins
: Novartis, Hofmann-La Roche, Baxter, GlaxoSmithKline, Sanofi Pasteur et d’autres.
 
 Le Dr. Osterhaus également le conseiller en chef pour les questions de virus pour le gouvernement Britannique et Hollandais, a émis ses craintes que le virus H1N1 pourrait muter en une forme
proche du virus de la grippe Espagnole, jouant sur la peur, il a ainsi préconisé une vaccination de masse à travers le monde entier.
 
 JP Morgan a estimé les profits tirés de la pandémie de grippe de 7.5 à 10 milliards de dollars.
 
 Mais ce n’est pas tout, le Dr. Osterhaus compte parmi ses amis les docteurs Frederick Hayden et David Salisbury, tout également 2 membres du SAGE et Conseilleur auprès du gouvernement
Britannique (tiens tiens encore !!!) et réputés pour être les plus fervent défenseurs des groupes pharmaceutiques.
Voila un conseil d’experts qui semble bien impartial !!!! (ironie)
 
 Dans une interview avec le magazine Allemand Der Spiegel, l’épidémiologiste Dr. Tom Jefferson de la Cochrane Collaboration, une organisation de scientifiques indépendants évaluant toutes les
études ayant attrait à la grippe, a noté les implications de la privati


Répondre