Mercx avaient la liste des médecins à neutraliser

Info d'AC

 

A) Lettre du Dr CARLEY (4 octobre 2009)

Expert juré en matière de VIDS (Vaccine Induced Disease) maladies provoquées par les vaccins http://drcarley.com

Extraits :

« Comme vous le savez, les Centres de Contrôle (Création ?) des Maladies, vont lâcher le virus pandémique H1N1 cette semaine au moyen de millions de virus vivants dans les vaccins à spray nasal (mixture dénommée « Flumist »).

Une fois que des millions de personnes seront infectées et bien malades, la version du vaccin injectable sera lancée. Elle sera spécialement destinée aux femmes enceintes et aux jeunes enfants.

Une de mes patientes, dont le mari dirige une compagnie de distribution de médicaments m’a téléphoné pour me dire que son mari avait reçu l’appel d’un agent gouvernemental l’informant qu’il était désormais ILLEGAL de vendre quelques seringues ou aiguilles que ce soit pour la vaccination contre la grippe H1N1, du fait que le gouvernement avait pris la décision de choisir une compagnie déterminée pour les fournir.

Manifestement les aiguilles seraient munies d’une puce RFID (1).

C’est pour cette raison, de même que pour l’ajout d’adjuvants toxiques (tout spécialement le squalène), qui feront partie du vaccin préconisé par l’OMS, qu’il faudra tout juste DIRE « NON »  quand on vous demandera de retrousser vos manches !

A ma connaissance, il n’existe AUCUN moyen qui permettrait de neutraliser cette puce, ou de se détoxifier de l’adjuvant fabriqué à partir d’une substance qui fait partie de votre propre corps… et qui provoquera une épidémie de maladies auto-immunes.

A New York le personnel des soins de santé a organisé une grande manifestation la semaine dernière après qu’il leur fut signifié qu’ils seraient licenciés s’ils n’acceptaient pas de se faire vacciner au moyen de cette arme biologique… ».

(1) RAPPEL :

Un autre aspect, est la volonté de contrôler la population par un "puçage" généralisé.

Or, « ILS » ne peuvent pas intervenir via le vaccin, car étant présenté en fioles multi doses, c'est impossible.

Si nous ne pouvons pas dire que cette opération de "puçage" sera menée à l'occasion de la vaccination, notre devoir est de tout imaginer.

Ainsi, l'utilisation des seringues et des aiguilles, qui seront à usage unique, et préparées par l’EPRUS, organisme créé en 2007 pour la « pandémie », est-il à suspecter.

Mais peut-on techniquement utiliser la technique RFID à ce niveau ?

Il faut donc aussi chercher de ce côté-là, et exiger une transparence totale sur ce matériel !

Pour info, voici un extrait de la circulaire officielle « vaccination » :

http://www.sante-jeunesse-sports.gouv.fr/IMG/pdf/Circulaire_vaccination_090824.pdf

« L'adaptation du matériel d'injection à la personne à vacciner. Les trois vaccins achetés s'injectent par voie intra-musculaire, ce qui nécessite des aiguilles de 25 mm de long pour les personnes de plus de 60 kg, alors que des aiguilles de 16 mm suffisent pour les personnes de poids inférieur (dont les enfants).

L'EPRUS* est en train de compléter son stock de seringues et aiguilles dans la perspective de la campagne envisagée à I'automne. La logistique sera nécessairement plus complexe avec quatre types de vaccin et deux types de matériels d'injection qu'avec un produit nique injecté dans des conditions uniques ; ».

* http://www.eprus.fr/ établissement public administratif créé par la loi du 5 mars 2007 (donc fait partie du PLAN !).

 
 
 
 

B) Mercx avaient la liste des médecins à neutraliser

http://www.lepost.fr/article/2009/09/29/1717978_mercx-avaient-la-liste-des-medecins-a-neutraliser.html

Des documents jusque-là secrets, apparus au procès de l’affaire Vioxx en avril de cette année, révèlent que le géant du médicament Merck conservait la liste de médecins devant être neutralisés pour avoir dénoncé le Vioxx.

Bien que cette histoire ait été rapportée sur Natura lNews et d'autres sites en avril, la participation de Merck à la dernière campagne vaccinale contre la grippe du cochon soulève de nouvelles questions quant à son comportement envers ses détracteurs.

      Comme l’a signalé The Australian, les documents apparus à la Cour fédérale de Melbourne révèlent l'intention coupable de membres du personnel de Mercx qui ont admis avoir l'intention « d'arrêter le financement d’établissements » et « d’interférer dans les nominations à des postes universitaires. » (À propos, ces agissements sont tout à fait illégaux.)

      Selon le témoignage officiel à ce procès australien, un employé de Merck a déclaré, en se référant aux médecins cités sur la liste de cibles : « Nous pouvons avoir besoin de les chercher et de les neutraliser là où ils vivent... ».

      Ça ressemble un peu à un chef de gang ordonnant un mauvais coup contre un voyou de rue concurrent, pas vrai ?

      Selon le témoignage entendu au procès, au moins huit spécialistes en recherche clinique ont été menacés ou intimidés par Merck. Ça s’accorde bien avec les nombreux comptes-rendus, déjà publiés par Natural News et d’autres supports d’informations, sur Merck intimidant des universitaires. Émergeant de ces révélations, l’image de Mercx montre une compagnie dirigée par des assassins, qui s’occupent d’opinion en cherchant à détruire la vie et la carrière des universitaires qui osent dire la vérité sur ses dangereuses spécialités.

 

 

Une culture de criminalité

      Merck est une compagnie imprégnée d'une culture de criminalité. Parmi ses nombreux agissements malhonnêtes, elle a volontairement caché les effets dangereux pour le foie de son médicament anti-cholestérol ; a intentionnellement bloqué la diffusion de données d'essais cliniques montrant le fiasco d'une autre spécialité anti-cholestérol ; a déversé des déchets de vaccins et de produits chimiques industriels dans des réserves d’eau ; a installé ses comptes bancaires à l’étranger pour éviter des milliards de dollars d'impôts aux États-Unis ; et a été prise dans une énorme magouille de supercherie scientifique, quand il a été révélé que la société utilisait sur place des scribes pour rédiger secrètement les études scientifiques « indépendantes » publiées dans des revues médicales.

      On peut lire ici d’autres informations ahurissantes sur les intrigues de cette compagnie :
www.naturalnews.com/merck.html

      On ne peut guère douter que Merck soit mue par une mentalité criminelle. Elle recourt à des tactiques de mystification et d'intimidation pour accomplir ce qu'elle ne peut réaliser par des moyens honnêtes : la multiplication des ventes de ses spécialités pharmaceutiques.

      Alors qu'est-ce que cela a à voir avec le vaccin contre la grippe du cochon ? Juste ça : quasiment personne dans le secteur médical moderne ne s'est prononcé contre le vaccin de la grippe du cochon [ça se passe aux USA, au moins un médecin affilié à Big Pharma s’est élevé contre la vaccination sur la Cinq en France, ndt].

      Seraient-ils intimidés par Merck et les autres fabriquants de vaccins pour leur faire garder le silence ?

 

 

L’intimidation des scientifiques

      Beaucoup de ceux qui osent parler contre les produits de Merck voient rapidement leur crédibilité attaquée. S’ils appartiennent à un établissement universitaire, ils voient rapidement se tarir leurs ressources de recherche, et certains finissent bannis par l'industrie pharmaceutique. Ce que Merck a rendu parfaitement clair ces dernières années, c’est que, oser parler contre ses produits, équivaut à un hara-kiri de la carrière universitaire.

      Dans ces conditions, quel est le degré d’honnêteté des scientifiques ou des médecins censés compétents à soulever des doutes sur les vaccins contre la grippe charcutière fabriqués par Merck et les autres compagnies ? En voyant l’actualité, ils savent déjà que mettre publiquement en question l’innocuité de ce vaccin pourrait leur coûter leur carrière.

      La « science » (si l’on peut l'appeler ainsi) moderne en est-elle arrivé là ? Une bande apeurée de scientifiques intimidés craignent trop de parler et de remettre en question la sécurité des produits pharmaceutiques ? Et si c’est le cas, comment, pour commencer, peut-on appeler ça de la « science médicale « ? C'est plus de la médecine sous la contrainte des armes, dans laquelle vous racontez ce que vous êtes censé dire parce que les acteurs de la grande corporation vous braquent un fusil (métaphorique) sur la tête.

      Pour parler du vaccin contre la grippe du cochon lui-même, Big Pharma est déjà en train de gonfler les grands médias avec plein d’histoires de « défenses préventives, » clamant que tout effet secondaire suite à ce vaccin se serait produit de toute façon et ne doit pas lui être attribué. Notez que cette histoire est présentée avant même que le vaccin soit largement utilisé ! Typiquement, ils sont déjà en train de prédire une vague d’effets secondaires scrogneugneux, et tentent de laver le cerveau du public en écartant ce genre d’affaires comme de simples coïncidences.

      C’est l’étonnante mentalité chicanière de Big Pharma : Quand un patient chope quelque calamité en absorbant ses remèdes, c'est juste une coïncidence. Mais si quelque mieux survient et que la santé s’améliore, Big Pharma prétend toujours que c'est uniquement grâce à ses panacées. C'est précisément ce genre de pensée sélective, non scientifique, qui est la raison de l’anéantissement total de la crédibilité du secteur pharmaceutique (et des apologistes de médicaments et vaccins). La science a purement et simplement disparu, remplacée par le marketing habile, l’arme financière tortueuse et l'intimidation flagrante de toute personne marchant en dehors des clous.

 

 

Le bien-fondé ne craint pas les questions honnêtes

      Ne trouvez-vous pas étrange que pratiquement personne dans la communauté médicale moderne n'ait soulevé de questions quant à l’innocuité des vaccins contre la grippe du porc ? N'est-il pas étrange que des vaccins n’ayant pas du tout été testés sur le long terme, soient soudainement homologués par la FDA, tous le même jour, et sont maintenant préconisés partout par des médecins sans une seule question quant à leur innocuité ?

      Maintenant vous savez pourquoi ce procès de Merck en Australie est pertinent : Sachant comment Merck exerce son sacerdoce, il n'est pas tiré par les cheveux de penser que les médecins ont été contraints au silence sur le vaccin. La remise en cause de ce vaccin équivaut à un suicide professionnel.

      Les vaccins sont la partie centrale du mythe de la médecine moderne, vous savez. Remettre en cause leur innocuité ou efficacité est considéré sacrilège dans la communauté médicale. La mythologie de la médecine occidentale repose sur la croyance (bidon) en la supériorité du recours à des produits chimiques sur l'autoguérison, et le vaccin est le pivot central sur lequel s’articule cette argumentation. Si le vaccin disparaît, la façade philosophique entière derrière laquelle se cache aujourd’hui la médecine occidentale s’abattra en même temps.

      Garder la rentabilité de la médecine occidentale nécessite de perpétuer le mythe vaccinal. Et, puisque ce mythe ne peut être certifié uniquement sur une base scientifique pure (car aucune science véritable ne l’avalise), il doit être entretenu par des tactiques d'intimidation et de corruption du genre mafieux. C'est pourquoi la corruption des médecins par des compagnies pharmaceutiques est désormais banale. C'est par ce moyen que se propage la « science » du produit pharmaceutique à travers les mécanismes de notre complexe médico-industriel moderne. L'argent achète ce que la vraie science ne peut étayer : L'idée que le système médical mondial doit reposer sur l’intervention chimique (qui ne profite financièrement qu’aux compagnies pharmaceutiques qui perpétuent ce mythe).

 

 

Effilochage de la fiction

      Les révélations sur Merck menacent la mythologie de la médecine moderne dont dépendent tant de milliards de dollars du revenu des remèdes. Même les médecins ne veulent guère parler de Merck. Pourquoi ?

Parce qu'ils réalisent que, en tant que l'une des plus grandes compagnies pharmaceutiques du monde, l'éthique de Merck reflète celle de la médecine occidentale dans son entier.

      Après tout, une grande partie de la médecine occidentale repose sur les produits pharmaceutiques. Et croire qu’ils rendent sain exige de croire également que les compagnies pharmaceutiques sont intègres dans leurs méthodes et cherchent le bien-être des gens. Mais croire en cette mythologie féerique exige des compagnies pharmaceutiques qu’elles appartiennent à une corporation bienveillante et compatissante, qui n'aurait jamais recours à des tactiques contraires à l'éthique, déloyales ou illégales, pour atteindre ses objectifs.

      Le panorama d’ensemble de la fiction pharmaceutique commence à se délabrer rapidement quand on commence à voir la vérité sur ce qui se passe vraiment chez Merck ; et c'est ce qui a été vu à maintes et maintes reprises, grâce à des documents jusque-là secrets qui émergent lors d’affaires judiciaires ou autrement. La culture de Merck serait qualifiée par la plupart des gens raisonnables d’« assassine » ou de « criminelle » en soi. Une compagnie qui essaye de faire du trafic de médicaments grâce à la publicité dans les grands médias, n’a pratiquement aucun rapport avec la compassion,

      D'ailleurs, si les produits de Merck sont vraiment si favorables, en premier lieu, pourquoi serait-il nécessaire d’intimider et de menacer les chercheurs ? Si ses médicaments étaient vraiment aussi bénéfiques et aussi sûrs, la science ne plaiderait-elle pas en leur faveur ?

      De toute évidence, l'intimidation des universitaires n'est nécessaire que lorsque la vraie science trouve des réponses qu’on ne veut pas entendre. L'intimidation est donc appelée à remplacer la science par la peur.

      Oui mon vieux, c'est sur quoi notre système pharmaceutique entier repose aujourd'hui : la PEUR. Les médias ne disent pas la vérité sur les remèdes, parce qu'ils ont peur de perdre leurs revenus publicitaires. Les chercheurs ne disent pas la vérité scientifique sur les médicaments, parce qu'ils ont peur de perdre leur carrière. Les médecins ne disent pas la vérité sur les remèdes, parce qu’ils ont peur d’être rayés de l’ordre. Le système entier est tenu par la peur et l'intimidation plutôt que par la science honnête.

      Un système de croyances dans lequel des questions sont supprimées et des « vérités » sont étayées par la manière forte est appelé « dogme. » Il ne peut pas, par définition, être qualifié de « scientifique. » Quiconque pensant que les médicaments ou les vaccins modernes reposent sur de la « science » rigoureuse ne comprend pas le sens de cette expression.

      Gardez cela à l'esprit lorsque vous décidez de vous faire vacciner. Rappelez-vous que les chercheurs qui ont exprimé des doutes sur l’innocuité de ce vaccin pourraient avoir été déjà « neutralisés » ou « discrédités, » pour reprendre les termes exacts des propres employés de Merck.

      Et il se pourrait bien que les conclusions « scientifiques » des chercheurs en pharmacie d'aujourd'hui ne soient pas plus crédibles que le témoignage d'un soldat capturé et torturé par des terroristes, quand il est sommé de parler à la caméra avec un fusil braqué sur la tête.

 

 

Original : www.naturalnews.com/027116_Merck_doctors_vaccines.html
Traduction copyleft de Pétrus Lombard

 

 

 

RAPPEL DU DERNIER MAIL

Considérez que nous sommes tous des "Very Important Persons", les enfants en premier !
D'où la nécessité de protéger chacun d'entre nous d'un danger, même s'il ne devait se révéler que dans des années.
Ainsi, l'affaire du "Thalidomide" ou du "Distilbène", pour ne citer que ces 2 sinistres exemples.
 
Où voulons-nous en venir ?
Eh bien, nous nous sommes aperçus que malgré nos informations précises et avérées, certains n'avaient pas encore compris que même si la vaccination "A/H1N1" n'est pas (encore) obligatoire, les dispositions concernant les enfants en milieu scolaire (de la maternelle à la majorité de 18 ans), font qu'ils seront vaccinés, non pas de force, mais par défaut d'avoir une déclaration des parents interdisant cet acte médical.
Or, cette disposition, pour étonnante qu'elle soit (voire incroyable), n'est ni nouvelle, ni spécifique à cette vaccination de masse, elle est en cours depuis plusieurs dizaines d'années.
Sauf que du temps du BCG (qui n'est plus obligatoire, ni même recommandé), c'était le cas de façon évidente, notamment pour les cutis-réactions.
Donc, si vous ne prenez pas le soin de rédiger cette déclaration d'interdiction, par enfant, attendez-vous à les voir revenir un jour de l'école en vous annonçant qu'un bus est venu les chercher dans la journée, pour les emmener se faire vacciner à la chaîne, dans un centre dédié (les organisateurs n'indiqueront pas la date précise avant, pour ne pas que des parents ne mettent pas leurs enfants à l'école ce jour-là) !
Et là... IL SERA TROP TARD !
Si votre enfant est stérile, qu'il ne peut pas choisir d'avoir ou non un enfant, s'il est handicapé à vie, il ne vous restera plus qu'à entendre un jour, celle qui sera alors l'ex-ministre de la santé, Roselyne Bachelot dire :
"Je suis responsable, mais pas coupable !".
Et comme tous les fabricants ont obtenu des gouvernants, une loi qui les dédouane de toute poursuite, même en cas d'effets secondaires graves (les politiciens en ont profité pour se mettre avec), il ne vous restera plus qu'à vous retourner contre le lampiste qui a injecté le produit incriminé, à savoir, dans bien des cas, un étudiant en 3e année de médecine, corvéable à souhait, s'il veut obtenir le droit d'exercer un jour...
 
Voici où trouver ce document et le process conseillé (pour celles et ceux qui n'ont pas cru bon de conserver les 2 envois déjà effectués par nos soins...) :
 
 

DOCUMENT 1

Les "élites" (grands banquiers, notamment), sont conscients que la Terre est surpeuplée, et que c'est une des causes du dérèglement climatique et de divers désordres, qui peuvent compromettre la vie sur une planète où ils sont eux-mêmes. Ce en quoi, nous partageons cet aspect de leur analyse.

Par contre, les moyens envisagés ne sont pas acceptables.

Il faut informer, éduquer (à n'avoir EN MOYENNE qu'un enfant par couple, par exemple), mais certainement pas employer des méthodes que leurs aînés n'auraient certainement pas reniées dans les années 40...

En fait, des opérations de stérilisations forcées ont déjà été menées à de multiples reprises :

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/01/1360.htm

http://wapedia.mobi/fr/Programmes_de_st%C3%A9rilisations_contraintes

http://www.buddhaline.net/spip.php?article394

http://www.domainepublic.ch/files/articles/html/2731.shtml

http://archivescommunistes.chez-alice.fr/nac-fs/fssterilisa.html

.................................................
Or, nos dernières infos laissent à penser qu'un des buts de cette opération "pandémie bidon" + "vaccin-poison", est de rendre STERILES* (et malades), un grand nombre de gens, dans le but de réduire la population mondiale, pour le confort et la sauvegarde de cette "élite".
D'où la priorité donnée AUX ACTIFS (des jeunes), aux nourrissons, pour les vacciner, ET AUX FEMMES ENCEINTES (inadmissible, MONSTRUEUX !!!), contrairement à l'habitude pour une grippe (mais quel intérêt y aurait-il de rendre stériles des personnes âgées ?).
http://www.rense.com/general87/immu.htm
Traduction :
http://translate.google.fr/translate?u=http%3A%2F%2Fwww.rense.com%2Fgeneral87%2Fimmu.htm&sl=en&tl=fr&hl=fr&ie=UTF-8

*S'ils commandent aussi des vaccins sans adjuvants pour vaincre les réticences aux adjuvants, parce que "tout le monde doit être vacciné", c'est donc bien une indication de plus que la grippe n’est qu’un faux prétexte et que la "vaccination" en elle même n'est pas le but, mais autre chose (évident, vu le décalage qu'il y a entre la "pandémie" et les mesures d'exceptions qui sont programmées !).

Comme la stérilisation ou le "puçage" ou la stérilisation ET le "puçage"... par exemple ?

A NOTER : Le conseiller de Gordon Brown veut réduire la population britannique à 30 millions d’habitants

D’après Porritt, la population de la Grande-Bretagne doit tomber à 30 millions d’habitants.

Jonathan Leake et Brendan Montague Jonathan Porritt, les principaux conseillers écologistes de Gordon Brown, soulignent que la Grande-Bretagne doit considérablement réduire sa population pour former une société durable.

Porritt a lancé cet appel lors de la conférence annuelle de l’Optimum Population Trust (OPT) qu’il présidait.
Le Trust publiera des résultats de recherche afin de démontrer la nécessité de réduire la population britannique à 30 millions d’habitants si le pays veut garder son autosuffisance sur le long terme.
Cela fait partie de l’idéologie qui est à la base de cet appel à une réduction de la population à 30 millions d’habitants – ce qui correspond à peu près au nombre d’habitants à l’époque victorienne.

Source: The Sunday Times du 22/3/09
(Traduction Horizons et débats)

Note du traducteur :
Optimum Population Trust est l’un des principaux groupes de réflexion du Royaume-Uni, qui, selon sa propre description, s’intéresse à l’impact de la population croissante sur l’environnement. (Source: google: Windows live).

 

DOCUMENT 2

Un lapsus ministériel recueilli

"Tous les Français sont sur la liste" a précisé la ministre, ajoutant qu'il y avait cependant des priorités éthiques médicales" selon "20 minutes" :

Priorités énoncées dans les recommandations du Haut Conseil de santé publique (HCSP): « Le principe est simple, les personnes prioritaires sont les personnes les plus vulnérables et ce sont les personnels de santé, parce que c'est naturellement sur eux que repose la santé de tous les autres. ». Plus précisément encore « prioritaires parmi les prioritaires » : les personnels de santé de réanimation, néonatale et pédiatrique, puis les personnels médical, paramédical et aide-soignant des établissements de santé, ainsi que les médecins et infirmiers exposés à des personnes infectées par le nouveau virus grippal.

Tout devrait ici être calé sur les volumes des livraisons progressives des doses vaccinales. Viendront ensuite les femmes enceintes puis les personnes de « l'entourage des nourrissons de moins de 6 mois », les professionnels chargés de l'accueil de la petite enfance, les nourrissons de 6-23 mois avec facteur de risque, les sujets de 2 à 64 ans avec facteur de risque. Puis dans le grand ordonnancement jacobin, sanitaire et républicain: les autres professionnels de santé, les nourrissons de 6-23 mois sans facteur de risque, les personnels d'accueil des pharmacies, des personnels des établissements médico-sociaux. Enfin (vers le printemps?) les personnes de plus de 65 ans avec facteur de risque, les 2-18 ans sans facteur de risque et, pour finir (vers le prochain automne ?), les personnes âgées de plus de 18 ans sans facteur de risque.

 

DOCUMENT 3

Info officielle du 03/10/09 dans la commune X...
Sous l'autorité du sous-préfet de Gironde.
Réunion de 2h30 avec 2 représentants de la DASS, 1 représentant de l'Ordre des médecins, le maire de la commune, des médecins, infirmièr(e)s et citoyens.
Le but de la réunion est de convaincre la population de se faire vacciner.
La campagne de vaccination débutera entre le 15 et le 19 octobre 2009. Elle durera jusqu'à fin janvier 2010.
La vaccination ne sera pas obligatoire.
Des listings précis seront établis pour identifier les vaccinés et les non-vaccinés.
Il y aura deux injections à trois semaines d'intervalles. Possibilité d'une seule injection selon les labos.
Les médecins et le système hospitalier sont EXCLUS de la campagne de vaccination.
Les crèches ne seront pas concernées par cette campagne.
Les femmes enceintes devront aller se faire vacciner dans les hôpitaux, par des unités mobiles présentes dans ces mêmes hôpitaux.
Des unités mobiles seront prêtes à vacciner dans les établissements scolaires.
Des centres de vaccination ont été réquisitionnés pour recevoir les volontaires qui se feront vacciner par des unités mobiles.
Ces unités mobiles seront volontaires (étudiants en médecine notamment) ou réquisitionnées si les autorités font face à un manque de volontaires.
Les vaccins seront présentés sous forme "multi-doses". 1 dose pour 10 vaccins.

Questions :
Pourquoi les femmes enceintes doivent-elles aller à l'hôpital ?
Pourquoi exclure les professionnels de santé ?
Pourquoi des multi-doses, qui excluent l'analyse (en labo) du produit injecté ?
Et... pourquoi cette campagne de vaccination dans l'hémisphère Nord, alors que l'hémisphère Sud sort d'un hiver sans pandémie H1N1 ?

A toutes les questions posées, le sous-préfet a opposé une fin de non-recevoir !
Il semble avéré que les personnes ayant pris les devants en faisant signer une décharge de l'administration seront protégées.
Beaucoup de professionnels de la santé se posent des questions d'un point de vue éthique.

La seule réponse : DESOBEISSANCE CIVIQUE ! Avant d'injecter un quelconque produit, pensez que vous avez en face de vous VOTRE enfant !